Wilfried Dalmat et Benjamin Nicaise heureux que cette étape ait inversé la tendance de leurs carrières respectives

Tribune VIP: les pronostics d'Alain Courtois


BOIS ST-JEAN Certaines aventures ou expériences professionnelles comptent dans une carrière. Le coup de pouce accordé par les Montois aux, désormais, Standardmen intègre cette catégorie.

"Mon arrivée dans le Hainaut m'a permis de découvrir la Belgique sous toutes ses facettes, y compris son football" , énonce Wilfried Dalmat. "Ce club, où j'ai débarqué par hasard, m'a permis de vivre deux saisons pleines dans une période où ma carrière connaissait un gros creux."

Assis à ses côtés, Benjamin Nicaise confirme le bien-être qui les a accompagnés lors de leur séjour au Tondreau. "Mons sera toujours le club qui m'a permis de rebondir, grâce à des gens chaleureux qui ont tout fait pour que je me sente le mieux possible dans mon nouvel environnement."

Un cadre où les deux compères auraient pu rester une année... de moins si un terrain d'entente avait été, dès cet instant, trouvé entre toutes les parties et le Standard. "L'intérêt était minime", confesse Dalmat.

Pour le duo, présent à Sclessin depuis cet été, ce Standard-Mons s'inscrit comme un match de retrouvailles. "Ce sera peut-être plus particulier lors du retour quand nous nous rendrons au Tondreau" , estime Nicaise. "Pour le moment, le duel de samedi ne représente rien de particulier. Mais au fil des heures et de l'approche du match, ce sentiment changera peut-être. Dans notre métier, on est habitué à ce type de situation. En France, à la fin, je croisais chaque semaine un ancien partenaire ou un joueur que je connaissais bien."

"Je n'ai pas gardé de contacts avec la direction", embraye Dalmat. "Mais bien avec les gars du vestiaire comme Jay, Brahami ou encore Hatchi que l'on a croisé la semaine dernière lors d'une séance de dédicaces à Quaregnon. Si on débute tous les deux le duel de demain, on sera, au vu de nos positions respectives sur le terrain, amené à se croiser."

"Pour une fois, nous étions au bon endroit au bon moment"

Compétiteurs dans l'âme, Dalmat et Nicaise ont noué des liens dès leur arrivée dans le Hainaut. "Sans pour autant s'appuyer pleinement sur l'autre", reprend le milieu défensif. "Chacun a ses motivations personnelles. Et, comme il est déjà ardu de les maintenir pour soi-même, les transmettre à l'autre... Mais il faut reconnaître que, pour une fois dans notre carrière, en signant à Mons, nous étions au bon endroit au bon moment." Idem ce samedi à Sclessin ?



© La Dernière Heure 2008