La "Super League", compétition fondée par douze clubs dissidents, a saisi préventivement "les juridictions compétentes" afin d'assurer son existence face à la menace d'une bataille juridique avec les instances du football, selon un courrier adressé à l'UEFA et la Fifa et obtenu lundi par l'AFP.

La nouvelle entité "a lancé une procédure devant les juridictions compétentes pour assurer l'instauration et le fonctionnement sans accroc de la compétition", a écrit l'"European Super League Company" dans ce courrier adressé aux dirigeants de l'UEFA Aleksander Ceferin et de la Fifa Gianni Infantino.

Les promoteurs de cette Super Ligue se sont dit "inquiets" face à la réaction de l'UEFA et de la Fifa à l'annonce de la création de sa compétition. Dimanche, l'UEFA a en effet menacé d'exclure les clubs frondeurs des compétitions nationales et internationales, tandis que la Fifa a dit lundi "désapprouver une Ligue européenne fermée et dissidente".

"Votre communiqué nous oblige à entreprendre des actions protectrices pour nous sécuriser face à une réaction si défavorable (...) qui serait illégale", explique la "Super League". "Il est de notre devoir de nous assurer que toutes les actions disponibles pour protéger les intérêts de la compétition et de nos décideurs sont dûment prises".

"Nous ne voulons pas remplacer la Ligue des champions ou la Ligue Europa, mais les concurrencer et exister aux côtés de ces tournois", reprend encore l'organisation créée par les douze clubs fondateurs, exhortant les instances à "participer urgemment à des discussions" visant à "accomoder au mieux la compétition au sein de l'écosystème du football".

Dans son courrier, la "Super League" évoque également un financement d'un montant de 4 milliards d'euros pour sa compétition.

La "Super League", qui regroupe pour le moment six clubs anglais majeurs, trois clubs italiens et trois clubs espagnols, fait trembler le monde du football européen depuis l'annonce de son lancement dans la nuit de dimanche à lundi.