"C'est épouvantable de suggérer que le racisme devrait, d'une certaine manière, être accepté comme faisant partie du jeu"

LONDRESLe Premier ministre britannique David Cameron a jugé "épouvantable", jeudi, les propos de Joseph Blatter selon lesquels il n'existait pas de racisme dans le football, tandis que son ministre des Sports a appelé le président de la Fifa à quitter son poste.

"C'est épouvantable de suggérer que le racisme devrait, d'une certaine manière, être accepté comme faisant partie du jeu", affirme David Cameron dans un communiqué 24 heures après l'interview de Joseph Blatter.

"Beaucoup de travail a été effectué pour éradiquer le racisme de notre société, y compris dans le football. Et comme beaucoup de nos vedettes sportives l'ont justement souligné, ce n'est pas le moment de baisser notre garde", a ajouté le Premier ministre britannique.

Mercredi sur CNN World Sport, Joseph Blatter a d'abord estimé "qu'il n'y a pas de racisme, mais peut-être un mot ou un geste déplacé. Et la victime devrait se dire que ce n'est qu'un jeu et serrer la main" de son adversaire.

Dans un communiqué publié peu après, M. Blatter, 75 ans, a expliqué que ses propos "ont été mal interprétés". "Ce que je voulais souligner c'est que les joueurs de football se livrent bataille et parfois, les choses se font de manière incorrecte", a-t-il déclaré.

Sa mise au point n'a pas calmé les responsables britanniques, ses propos survenant le jour même où la Fédération anglaise a accusé l'international uruguayen Luis Suarez d'avoir tenu des propos et/ou eu un comportement racistes envers le Français Patrice Evra.

Ainsi, le ministre des Sports, Hugh Robertson, a appelé Joseph Blatter à démissionner. "Les déclarations de Sepp Blatter sont totalement inacceptables, a déclaré M. Robertson. Par égard pour ce sport, il doit partir. Nous avons été cohérents dans nos appels pour modifier la gouvernance à la Fifa et cela souligne encore plus cette nécessité".

Gordon Taylor, président de l'Association des footballeurs professionnels, partage son avis: "Il est le leader du football mondial, il se doit d'être un leader de l'anti-racisme! S'il dit que le joueur victime du racisme doit l'oublier à la fin du match et serrer les mains, ce n'est pas du tout suffisant. Il est temps pour lui de partir".

Rio Ferdinand, ex-capitaine de l'équipe d'Angleterre, a envoyé directement un tweet à Joseph Blatter pour lui poser la question: "Si les supporteurs hurlent des chants racistes mais nous serrent la main, c'est alors OK pour vous?"
Et M. Blatter de réitérer, sur le même canal, que la Fifa est "fière de ses résultats" en matière de lutte contre le racisme.


© La Dernière Heure 2011