"Mais c'est primordial lors de la préparation" , concède Igor De Camargo

SCLESSIN On entend souvent les joueurs accueillir le match du week-end comme la récompense du travail fourni en semaine. Cet avis unanime prend encore une autre dimension en phase de préparation où, d'une part, le travail de fond est plus conséquent et, d'autre part, seuls des matches amicaux de moindre envergure figurent au program- me.

"Durant la préparation, on a l'obligation de déjà se donner presque à fond" , prévient Igor De Camargo. "Si elle se déroule de manière optimale, elle permet d'éviter les blessures, elle habitue ton corps aux gestes opportuns et optimalise le respect des consignes collectives. Au niveau physique, il s'agit de la période la plus décisive de la saison. Même si ce n'est pas toujours amusant de cravacher durant ces semaines précédant les trois coups, c'est primordial. "

Et le Brésilien est bien placé pour parler des déconvenues d'un été interrompu par une blessure.

"Contre Virton, à Spa, ma fracture de la malléole m'avait contraint à manquer le début de la compétition. Un tel coup d'arrêt se produisait pour la première fois à ce moment de l'année et il n'est dès lors pas évident de retrouver la confiance. Psychologiquement, j'ai puisé des ressources dans ma précédente blessure survenue peu après mon arrivée à Sclessin."

"Dans mon esprit, je suis le premier choix"

Bref, l'ancien buteur du Brussels aspire à une première préparation complète depuis son atterrissage en bord de Meuse. Pour ainsi poser les jalons d'un exercice plein et repousser la concurrence, six attaquants intégrant l'effectif actuel.

"Dans mon esprit, c'est moi le premier choix. Quel que soit le nombre d'attaquants présents, quelle que soit la période, il faut d'abord te donner confiance à toi-même."

En s'appuyant sur d'autres donneurs d'assists, Conceição et Rapaic s'étant éclipsés.

"Peu importe. Celui qui arrive doit conserver ses qualités tout en s'adaptant au jeu de l'équipe... et réciproquement. Milan a pris Ronaldo avec ses qualités mais ce dernier devra aussi ajuster le tir en fonction du système de sa nouvelle formation. Les matches amicaux sont là pour affiner les automatismes. Dans ces joutes, comme à Grivegnée, on commence à mettre en route, on procède à des expériences en vue du championnat, on prend ses repères. On doit aussi s'amuser et, je l'ai appris lors des précédentes campagnes de préparation, se livrer sans vraiment tout donner."

Histoire de ne pas se blesser et de garder le jus utile pour l'heure H .



© La Dernière Heure 2007