Football A sa propre initiative, Eric Deflandre a demandéà ne plus porter le brassard de capitaine

SPA L'année dernière à pareille époque, Eric Deflandre était intronisé capitaine d'équipe par la direction liégeoise. On se souvient que cet épisode avait causé de sérieux remous autour d'Ivica Dragutinovic qui apprenait, à son retour de vacances, qu'il était destitué de ce statut. Douze mois plus tard, le brassard de capitaine a, à nouveau, changé de bras puisqu'il est désormais porté par Sergio Conceição. «C'est à mon initiative », précise d'emblée Eric Deflandre afin de couper court à toute polémique inutile. «Je ne souhaitais pas être directement désigné comme le capitaine d'équipe lors de mon arrivée au Standard. Mais j'ai accepté car la direction me l'avait demandé. Ce n'était pas dans mes plans car je venais de débarquer à Sclessin. Je devais encore m'adapter à mon nouvel environnement. Mais cela s'est fait comme ça et j'ai donné mon assentiment. J'ai récemment eu une discussion avec Michel Preud'homme au cours de laquelle je lui ai demandé de ne plus porter le brassard de capitaine. J'estimais que ce n'était pas un truc pour moi. Je ne suis pas fait pour ça. J'ai alors suggéré le nom de Sergio Conceição car, à mon sens, il possède toutes les qualités requises pour exercer ce rôle.»

Eric Deflandre refuse d'assimiler son acte à une hypothétique fuite de responsabilités. «Je me déleste peut-être d'un poids, avoue-t-il. Je suis prêt à aider mes partenaires même si je ne me sens pas l'âme d'un leader. Un rôle de vice-capitaine me conviendrait mieux. L'an dernier, je ne me considérais d'ailleurs pas comme le capitaine.»

Même s'il se refuse encore à tout commentaire sur le sujet, Eric Deflandre pourrait en faire de même vis-à-vis du noyau des Diables Rouges qu'il espère réincorporer au plus vite. «J'ai assez mal vécu cette mise à l'écart même si j'en comprenais parfaitement les raisons, avoue-t-il. Je n'ai pas senti que je levais le pied ou que je m'installais même si ma mise à l'écart m'a alerté. J'espère vivre une saison différente de la précédente. La Coupe d'Europe laisse un vide derrière elle. Nous méritions la disputer. Lors de mon arrivée, la direction m'avait fait part de son intention de constituer une équipe pour les deux ou trois prochaines années. Elle a tenu parole puisque nous ne déplorons aucun départ majeur. Mieux encore: l'équipe s'est renforcée. Tout est réuni pour que nous puissions réaliser une excellente campagne surtout si nous poursuivons sur la lancée de notre excellent dernier deuxième tour.»

© Les Sports 2005