Les travailleurs migrants étaient pour la majorité utilisés pour la construction des stades ou des infrastructures. En plus des stades, le Qatar a construit de nouvelles routes et même une nouvelle ville où sera jouée la finale du Mondial 2022 à Lusail.

Selon The Guardian, le nombre de décès est bien supérieur à 6.500, car seuls les cinq pays mentionnés tiennent des registres. Le Qatar emploie également beaucoup de personnes originaires des Philippines et du Kenya. Cependant, ces pays ne tiennent pas de bons registres sur le nombre de travailleurs migrants décédés.

Selon les chiffres officiels du gouvernement qatari, la plupart des travailleurs migrants sont morts de cause naturelle. Cependant, une autopsie n'est jamais pratiquée après le décès pour en déterminer la cause exacte. De nombreuses personnes travaillant au Qatar n'avaient aucun problème de santé mais sont quand même mortes subitement, probablement à cause des mauvaises conditions de vie et de travail.

Durant l'été 2019, de nombreux ouvriers sont décédés à cause de la chaleur après avoir été contraints à travailler malgré des températures élevées. The Guardian a également mentionné un ouvrier qui a été électrocuté lorsque son appartement, où de nombreux fils électriques étaient suspendus, a été inondé par de fortes pluies.

Le gouvernement du Qatar qualifie le nombre de morts "proportionnel au nombre de travailleurs étrangers". Environ 2 millions d'étrangers travaillent dans le pays.

L'organisation de la Coupe du monde au Qatar et la Fédération internationale de football (FIFA) affirment qu'elles font tout ce qu'elles peuvent pour assurer la sécurité des travailleurs. La FIFA précise également que moins d'ouvriers engagés pour la Coupe du monde meurent que dans le reste du monde mais sans fournir la moindre preuve.