Marc Wilmots: "À nous de trouver le bon équilibre"

Malgré un effectif au niveau de forme disparate, Marc Wilmots refuse de s’alarmer.

Jonathan Lange (avec B. D.)

Malgré un effectif au niveau de forme disparate, Marc Wilmots refuse de s’alarmer.

Il balaie les inquiétudes d’un revers de main. Après Eden Hazard et Vincent Kompany, Divock Origi, Christian Benteke et Thorgan Hazard ont rejoint une infirmerie que Jan Vertonghen et Kevin De Bruyne viennent eux tout juste de quitter.

Mais Marc Wilmots ne s’en fait pas : "Les blessures ne m’inquiètent pas; on fera les comptes au mois de mai", assène le sélectionneur.

D’ici au 28 mai, date de la finale de la Ligue des Champions qui résonnera comme le coup de sifflet final de la saison du football des clubs, tous les blessés du moment auront repris, à l’exception peut-être de Vincent Kompany.

D’autres continueront à beaucoup jouer là où certains devront se contenter de miettes. Thomas Vermaelen apparaît en tête de liste des éléments en manque de temps de jeu, lui qui n’apparaît que comme la doublure de la doublure au Barça. Mais le sélectionneur convoque là la jurisprudence Daniel Van Buyten.

"À l’époque, Daniel manquait de temps de jeu au Bayern. Il a donc spécifiquement préparé sa Coupe du Monde. Cela veut dire: travailler dur avec un objectif en tête et se soigner du matin au soir comme un vrai professionnel. Résultat: Daniel avait été un des meilleurs Diables au Brésil."

Vermaelen sera peut-être l’un des meilleurs Diables en France mais à la différence de Big Dan qui avait eu le temps de se préparer puisque le Bayern avait été champion très tôt avant de se faire éliminer en Ligue des Champions le 29 avril, l’Anversois risque d’être le dernier des 23 sur le pont.

"Dans le cas de Vermaelen mais aussi pour les autres, on fera le point avec les préparateurs physiques de chacun des clubs", rétorque Wilmots. "Dans les temps de jeu, il y a à boire et à manger, ceux qui jouent moins maintenant arriveront frais à l’ Euro alors que d’autres risquent d’être cramés. À nous de trouver le bon équilibre. Nous aurons une préparation de trois semaines pour bien mettre tout cela au point."

En espérant être épargné par les pépins d’ici là.

Le trio des musclés

"Avec Marc Wilmots, on travaille beaucoup le pressing et la possession de balle. Avec Michel Preud’homme, c’est un travail plus tactique. Mais je pense que cela peut encore arriver ici dans les prochains jours."

Bjorn Engels ne croyait pas si bien dire : les Diables vont entrer dès ce samedi dans la phase tactique de cette semaine d’entraînement.

Pour le sélectionneur, il s’agira d’abord de trouver un onze bien équilibré, ce qui ne sera pas simple vu la liste de blessés qui s’allonge. Benteke et Origi sont rentrés à Liverpool et les chances de Thorgan Hazard (hématome sur le mollet) de jouer mardi sont minimes. "On le garde encore avec nous mais il sera certainement forfait", regrette Wilmots. Qui va pouvoir commencer son puzzle.

Derrière, tout est clair. "Le plus important, c’est de stabiliser la défense", insiste le sélectionneur. Devant Courtois, ce sera Alderweireld, Denayer, Lombaerts et Vermaelen."Vermaelen a déjà joué à gauche avec moi mais je veux le revoir à l’œuvre, car c’est très différent de jouer là et d’enchaîner les courses de 60 à 70 mètres." Pour doubler ce quatuor, Gillet, Boyata, Engels et Jordan Lukaku se tiennent prêts.

Au milieu, c’est nettement plus flou. "Ce sera soit un 4-2-3-1 soit un 4-3-3. Ma première idée, c’était de changer mes deux numéros six mais avec tous ces absents…" Le plan de base semblait donc être le suivant : donner du temps de jeu à Dembélé et Fellaini à la récupération, avec Thorgan Hazard dans le rôle de De Bruyne. Mais Dembélé souffre un peu de la cheville et Thorgan est très incertain. "En France, notre entrejeu avait été très costaud et le Portugal est une équipe solide", affirme Wilmots. Ce n’est pas innocent : il songe sans aucun doute à reconduire son triangle musclé, avec Nainggolan, Witsel et Fellaini.

En pointe, le sélectionneur est à peu près obligé d’aligner Lukaku. S’il ne le fait pas, il risque de le casser psychologiquement.

Sur les flancs offensifs, Carrasco a reçu une infiltration mais il sera prêt et il tient la corde pour une place de titulaire, tout comme Mertens.




Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be