"Bizarre que la Belgique joue sur un tel champ de patate"

L’état de la pelouse d’OHL était au cœur de certaines discussions après la rencontre.

M. J. et R. V.P.
"Bizarre que la Belgique joue sur un tel champ de patate"
©BELGA

Des terrains parfaits de Premier League et des grands championnats au terrain de la Pro League, il y a un pas que les Diables rouges ont franchi ce mercredi. Après la rencontre, personne n’était satisfait de la pelouse d’OHL, qui n’est pourtant pas l’une des pires de Belgique. Numéro 1 au classement Fifa, les Belges ne le sont décidément pas en jardinerie.

"On ne va pas se plaindre mais… le terrain était difficile. C’était compliqué de combiner", indiquait Romelu Lukaku lors de son interview d’après-match. "OHL fait les efforts pour nous accueillir et on les en remercie mais ça aurait pu être mieux."

Même son de cloche chez Roberto Martinez. "Les Gallois se sont mieux adaptés aux conditions que nous en début de rencontre. C’était peut-être un peu plus simple pour les visiteurs de jouer sur cette surface. On devait s’améliorer dans les mouvements et la qualité des déplacements mais l’état de la pelouse n’a pas aidé."

Une analyse qui était partagée par les Gallois, qui n’ont pas vraiment semblé apprécier leur voyage en terre louvaniste. "Sur le but du 2-1, je glisse à cause de la pelouse", ne cachait pas Connor Roberts, dont la chute a permis à Thorgan Hazard de se retrouver parfaitement seul au petit rectangle pour conclure de la tête. "C’est bizarre qu’une équipe qui aime produire du jeu, comme la Belgique, évolue sur un tel champ de patate. Mais cette équipe a tellement de qualité que quand je l’ai vu jouer en première mi-temps, on se croyait sur le billard de Wembley", terminait le Gallois, beau joueur tout de même.

Lukaku : "Je sentais qu’on aurait un penalty"

Ce genre de match n’est pas fait pour Romelu Lukaku. "J’ai eu très peu d’espace mais je ne me plains pas. Je vis ça chaque semaine en Italie. Le match a été frustrant pour nous car on peut jouer un bien meilleur football que cela." Le but est, selon lui, une erreur de pressing. "Mais la réaction m’a fait plaisir. On a tenté de garder la balle, de construire. Même à 2-1 nous sommes restés dans leur partie de terrain. On a beaucoup joué en contre durant les matchs de fin 2020 mais là, on a imposé notre jeu." Et son but sur penalty ? "Je sentais qu’il allait arriver et que je pourrais le tirer en l’absence d’Eden (Hazard). Je suis content que le ballon soit dans le but au final."

Thomas Meunier: "La différence avec l’Euro 2016, c’est… Roberto Martinez"

Thomas Meunier était satisfait de la mentalité. "On a montré de la maturité, de l’expérience. Il n’y a pas eu de nervosité. Nous étions sereins et sûrs de nous. Parfois, il faut être dominés pour que ça crée un switch et cela a été le cas", expliquait le Diable, qui voit une sérieuse évolution depuis l’élimination à l’Euro 2016 face aux mêmes Gallois. "On a beaucoup de confiance. Et on a Martinez. On a vu le travail qu’il effectue depuis la première seconde. Il a inculqué des valeurs et on n’a jamais fait fausse route."

Toby Alderweireld: "Il y a cinq ans, on aurait paniqué"

Difficile pour un défenseur de plus mal commencer une campagne qu’en encaissant. "Nous n’avons pas bien commencé et honnêtement le terrain n’était pas top. On a essayé d’amener un peu de foot tout au long du match mais on était limité par les conditions de jeu (NdlR : le terrain)", analyse Toby Alderweireld. "On a bien répondu au but d’ouverture. On a montré de la maturité. Il y a cinq ans, on aurait paniqué. Ici on joue, on suit le plan et on parvient à créer des occasions en jouant notre football."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be