"Une folie", "Stupide", "Nous sommes des athlètes et non des machines": la Ligue des nations toujours plus décriée

La Ligue des nations ajoute des rencontres à un calendrier déjà surchargé.

"Une folie", "Stupide", "Nous sommes des athlètes et non des machines": la Ligue des nations toujours plus décriée
©BELGA

Ligue des Nations, étape trois ! Pour la troisième édition, cette compétition qui a pour but de remplacer les matchs amicaux reprend ses droits. Si elle offre des rencontres alléchantes sur papier, elle ne fait toujours pas l'unanimité. Demandez donc à Kevin De Bruyne. "Je n'ai pas vraiment hâte de disputer la Ligue des nations parce que, pour moi, la compétition n'a aucune importance", avait-il déclaré en marge de la KDB Cup.

Des propos qui avaient trouvé écho auprès de Louis Van Gaal. "C'était une saison très difficile avec beaucoup de matchs et sans oublier le stress lié aux infections au coronavirus", a-t-il commencé lors d'une conférence de presse avant la rencontre face aux Diables. "Jouer quatre autres matches en onze jours, c'est fou. Kevin De Bruyne a raison", a-t-il ajouté.

Difficile de contredire le coach batave et le maître à jouer des Skyblues. Rien qu'en club, KDB a disputé 45 rencontres depuis le début de la saison. Ajouté à cela quatre rencontres avec les Diables. Entre le premier match de sa saison et le dernier, il a joué tous les cinq jours. Que ce soit en sélection ou avec son club. De la folie. Souvent blessé ces dernières saisons, Kevin De Bruyne estime que son corps est fatigué. Étant son outil de travail, il a donc besoin de repos pour être performant. "Mais bon, cela ne sert à rien de dire que nous les joueurs aimerions du repos, cela ne changerait rien", avait estimé, lassé de cette situation, le milieu de terrain.

Cette Ligue des nations ajoute donc encore des rencontres à une saison déjà très longue et éprouvante pour les organismes. Récemment, Jürgen Klopp avait également démonté cette compétition. "C'est une des idées les plus stupides de l'Histoire du football", avait-il commencé. "Les joueurs ont déjà disputé plus de 70 rencontres sur la saison, et ils doivent encore jouer la Ligue des Nations quand la saison avec les clubs est terminée. Quatre, cinq, six matches avec les équipes nationales. Je préférerais que l'UEFA prenne plus d'argent sur les finales de la Ligue des Champions et se débarrasse de la Ligue des Nations", avait pesté le coach de Liverpool.

"Nous sommes des athlètes, pas des machines"

Forcément, Kevin De Bruyne n'est pas le seul a critiquer ouvertement ce calendrier démentiel. Récemment, la Fifpro a même tiré la sonnette d'alarme. Le syndicat représentant les joueurs de football professionnels du monde entier a rendu un rapport le 26 mai dernier. Et ils sont unanimes: trop, c'est trop. Surtout, ils réclament du changement et "une réforme urgente" du calendrier.

Dans cette étude, 1 055 joueurs professionnels, et une centaine d'experts (entraîneurs, médecins, scientifiques, préparateurs physiques) ont été interrogés. "La pression exercée sur la santé des joueurs révèle la crise de gouvernance de notre sport avec un modèle obsolète qui considère les joueurs comme des ressources", estime le syndicat. En d'autres termes, les joueurs ne seraient que des vaches à lait et en payeraient le prix fort. "Les organisateurs de compétitions se doivent d'écouter les joueurs et ce que leur corps nous fait entendre."

54% des joueurs interrogés estiment avoir eu une blessure à cause de ce calendrier surchargé. La Fifpro ajoute que 41% des joueurs ont déjà enchaîné au moins une fois 10 matchs d'affilée sans jamais avoir plus de quatre jours entre deux matchs depuis 2018. L'étude prend notamment l'exemple de Luka Modric. Le Croate de 36 ans a encore ébloui la planète de football cette saison. Notamment avec un extérieur du pied délicieux contre Chesea et quart de finale de C1. Malgré cette fraîcheur, le joueur a disputé jusqu'à 24 matchs d'affilée sans avoir plus de quatre jours de repos entre deux rencontres la saison dernière. Selon le rapport, cela revient à quatre fois plus que le maximum recommandé. Une folie.

La santé mentale, l'autre problème

Selon le syndicat, le pire est à venir. Et si la performance physique est à craindre, la santé mentale risque aussi de se dégrader auprès des joueurs. En effet, 82% des experts estiment qu'ils ont observé des problèmes de santé mentale chez les joueurs victimes d'un calendrier surchargé. "Nous sommes des athlètes, pas des machines. Nos corps et nos esprits ont des limites naturelles. Lorsque nous en faisons trop ou que nous nous reposons trop peu, nous craquons", s'inquiètent les joueurs professionnels.

La FIFA ou l'UEFA vont-ils écouter les joueurs un jour ou l'autre? Rien n'indique que cela va dans ce sens. Surtout lorsque l'on constate que la première a mis sur la table l'idée d'une Coupe du monde tous les deux ans. Tandis que la seconde a mis sur pied une nouvelle formule de Ligue des champions qui augmente encore le nombre de matchs sur une saison. Ce qui nous assure d'une chose: Kevin De Bruyne ne risque toujours pas d'être content sur ceux qui dirigent le football mondial.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be