Absence de Wijnaldum et affaire Promes: aux Pays-Bas, l'ambiance est particulière avant d'affronter les Diables rouges

Deux sujets parasitent la préparation des Pays-Bas face à la Belgique.

G.J.
Belgique - Pays Bas: Depay et Van Dijk pas d'accord avec Van Gaal
©AFP

De façon générale, Louis Van Gaal est parvenu à éteindre le feu dans la maison Oranje. Éliminés par la République Tchèque en huitième de l'Euro, les Pays-Bas devaient à nouveau reconstruire. Au revoir le décrié Frank De Boer, bonjour celui qui a envoyé les Pays-Bas en finale de Coupe du monde en 2018. Un choix payant. En neuf matchs, le nouvel entraîneur a remporté six de ses neuf rencontres et n'a pas encore connu la défaite. Dont notamment une victoire probante contre le Danemark et un match nul contre les Allemands. Cependant, deux sujets chauds sont venus perturber la sérénité batave.

La non-sélection de Georginio Wijnaldum

Auteur d'une mauvaise saison au PSG, Wijnaldum n'a pas été convoqué par Louis Van Gaal pour ce rassemblement. Étonnant quand on sait que le milieu de terrain a porté plusieurs fois le brassard de capitaine lorsque Van Dijk était absent. "Il s'agit d'un choix sportif", a commencé l'entraîneur. "Nous avons joué six matchs en qualifications, Georginio en a disputé cinq et je l'ai remplacé trois fois. Il faut prester en sélection. Ce n'est ni un centre de réadaptation ni un centre psychothérapeutique. Depuis nos derniers matchs en mars, peu de choses ont changé dans la situation de Gini dans son club. S'il retrouve sa forme, il jouera à nouveau avec moi, car je suis un amoureux de Georginio."

Absence de Wijnaldum et affaire Promes: aux Pays-Bas, l'ambiance est particulière avant d'affronter les Diables rouges
©AFP

Une décision qui a été très mal accueillie par les cadres du groupe. À commencer par le capitaine, Virgil Van Dijk: "Je pense que Gini Wijnaldum méritait d'être ici. Avec les qualités qu'il possède, il y a toujours une place pour lui, même s'il n'est pas au meilleur stade de sa carrière. Cependant, je ne suis pas le sélectionneur et je dois accepter ses décisions", a-t-il expliqué, assis à côté de son coach en conférence de presse.

Même son de cloche de la part de Memphis Depay. "Bien sûr que j'appellerais Wijnaldum si j'étais sélectionneur. Mais je ne le suis pas. Je pense qu'il a fait ses preuves ces dernières années et qu'il a sa place en sélection", avait également appuyé le numéro 10.

Absence de Wijnaldum et affaire Promes: aux Pays-Bas, l'ambiance est particulière avant d'affronter les Diables rouges
©AFP

Une fois encore, Louis Van Gaal a joué l'apaisement. "Les joueurs répondent aux questions des médias. Je n'ai aucun problème avec cela", assure-t-il. "C'est une obligation pour eux. Et j'espère qu'ils répondent avec honnêteté."

L'affaire Promes, caillou dans la chaussure de Van Gaal

Un autre sujet a parasité la conférence de presse de Van Gaal: l'affaire Quincy Promes. L'attaquant néerlandais est soupçonné de tentative de meurtre sur son cousin, trafic de drogue et violence conjugale. Très proche de lui, Memphis Depay a choisi de soutenir son ami sur les réseaux sociaux. "Fier que tu tiennes debout. Les gens ignorent tout de ta vie privée et te jugent sans qu'aucune infraction pénale ne soit prouvée. On dit beaucoup de choses. Mais tu es là et tu fais ton truc, lourd ! Dieu protège mon frère et dégage ses chemins, car il est ton enfant !"

Absence de Wijnaldum et affaire Promes: aux Pays-Bas, l'ambiance est particulière avant d'affronter les Diables rouges
©AFP

Chez nos voisins, cette défense publique a été très mal perçue. À commencer par les médias. "Depay joue avec le feu", a déclaré Valentijn Driessen dans sa chronique à De Telegraaf. "Surtout parce que ses qualités de numéro neuf ne plaisent pas tellement à Van Gaal. Comme le prouve sa recherche d'un attaquant. L'entraîneur est tellement désespéré qu'il a fait appel à Vincent Janssen qui a été absent pendant près de cinq ans et n'a presque rien accompli pendant cette période."

Les journalistes locaux ont rapidement mis le sujet sur le tapis avec le coach national. En comparant une situation qu'il avait connue avec Patrick Kliivert. À l'époque, l'attaquant de l'Ajax Amsterdam avait écrasé mortellement quelqu'un en voiture. "J'avais également soutenu Patrick Kluivert à l'époque. Et il n'avait pas été condamné non plus. Lorsque cela a été le cas, je l'ai aidé à accepter sa situation."

La situation de l'ancien attaquant du FC Barcelone, condamné pour homicide involontaire, est-elle semblable à celui du Spartak Moscou? "Non, ces deux histoires sont différentes", admet Van Gaal. "L'autre question est de savoir s'il est sage que Memphis s'exprime maintenant. Et je ne pense pas que cela le soit."

Van Gaal va-t-il sanctionner son joueur pour sa prise de position? Réponse dès ce soir.

Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be