La victoire des Diables rouges vue par la presse polonaise: "Les Belges jouaient avec nous comme lors d'un match d'entraînement"

La presse polonaise n'est pas tendre avec son équipe nationale au lendemain de sa défaite face aux Diables.

Battue six buts à un par la Belgique lors du deuxième match de poule de la Ligue des Nations, la Pologne tire le bilan ce jeudi matin. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que nos confrères soulignent la différence de niveau entre les deux formations. Pour Sport.pl, "on a eu le temps de se rendre compte de l'écart qui sépare les Polonais et les Belges", qualifiant cette défaite de "leçon extrêmement douloureuse".

Pour le média sportif, un homme s'est démarqué: Kevin De Bruyne. "Il a donné un récital au milieu de terrain". Sans oublier le retour en forme d'Eden Hazard. "Fatigué par les blessures, il a eu tout le temps de s'emparer du ballon dans le camp polonais pour aller droit au but. Les Belges n'ont d'ailleurs connu aucune résistance et ont attaqué avec panache. Ils ont été nourris par une envie de revanche après lefaux pas face aux Pays-Bas".

"Cela rappelle le premier match du Real de Mourinho face au Barça"

Pour le quotidien sportif, cette lourde défaite rappelle le premier Clasico disputé par le Special One en Liga. Les Madrilènes s'étaient alors inclinés cinq buts à rien en novembre 2010. "La Pologne a joué ce match de manière trop ambitieuse".

Peu impressionné par le Stade Roi Baudouin, Sport.pl préfère encore souligner le niveau de jeu affiché par les Diables. "Ce n'était pas le stade qui devait faire peur mercredi, mais les Diables Rouges - qui depuis huit ans sont aussi surnommés la 'génération dorée'. Et bien que l'ambiance autour de l'équipe belge ces derniers jours n'était pas la meilleure, Michniewicz (le coach polonais, NDLR)a constaté qu'il nous manque beaucoup pour rivaliser avec le médaillé de bronze de la dernière Coupe du monde".

"Ce match est entré dans l'histoire"

Six buts encaissés. Cela n'était plus arrivé aux compatriotes de Robert Lewandowski depuis douze ans et une défaite six buts à rien face à l'Espagne. "Cela n'arrive pas souvent aux Polonais. La dernière fois, c'était en 2010 face à l'Espagne avant qu'elle ne devienne championne du monde. Le match Belgique - Pologne est entré dans l'histoire", poursuivent nos confrères de Sport.pl.

Selon le journal Wyborcza, la lourde défaite face aux Pays-Bas a boosté les Diables. "Nous avons immédiatement réalisé qu'ils ressentaient le besoin de se venger de la catastrophe de vendredi". Même si les protégés de Roberto Martinez ne sont pas fans de cette nouvelle compétition. "Ils ont parlé de la Ligue des Nations avec un mépris ostentatoire avant même son début et les tribunes n'étaient pas remplies".

"On aurait dit un match de Playstation"

Onet se montre lui très critique envers son équipe nationale. "Il était impossible de surmonter un tel écart de qualité". Avant de poursuivre. "Les trois actions belges dans les huit premières minutes ressemblaient à un jeu sur Playstation, comme si un joueur expérimenté affrontait un parfait amateur. Pour battre ou faire match nul face à une équipe de cette classe, il faudrait beaucoup de chance pendant bien plus que 30 minutes"."Par moments, les Belges jouaient avec nous comme lors d'un match d'entraînement", tacle encore le quotidien.

La Pologne tentera en tout cas d'effacer cette défaite dès mardi prochain lors du match retour face aux Diables.


Sur le même sujet

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be