Thomas Meunier tacle à nouveau la Ligue des Nations: "On finira par aligner des équipes B"

Thomas Meunier veut une discussion sur le nombre trop élevé de matchs.

R.V.P.
Thomas Meunier tacle à nouveau la Ligue des Nations: "On finira par aligner des équipes B"
©BELGA

"Parfois, un match ressemble à une journée d’école. Tu n’as pas très envie d’y aller mais quand tu es assis derrière ton bureau, tu fais le boulot. Nous n’avons pas bâclé le match face aux Pays-Bas mais nous l’avons abordé sans faire l’effort suffisant. Une équipe était à 100 %, l’autre à 80 %."

À en croire Thomas Meunier, il y avait bien un défaut de motivation dans le camp des Belges. Il l'explique par l'ajout constant de matchs dans le calendrier de l'équipe nationale. "Ces rencontres de fin de saison m'arrangent pour une fois bien car je sors de trois mois sans matchs après ma blessure à la cuisse. Cela me permet d'officialiser mon retour et de me tester afin de voir si la rééducation a porté ses fruits. Mais mon avis ne change pas."

Meunier reste un farouche opposant à la Ligue des nations. "Pour moi, cette compétition est insensée et ne sert qu'à faire plus d'argent. Laissez-nous les qualifications, les grands tournois et quelques amicaux pour nous préparer, c'est largement suffisant."

Vu les récentes déclarations de Kevin De Bruyne, Meunier n'est pas le seul à penser de la sorte. "100 % des joueurs de l'équipe nationale et même de mon club (Dortmund) sont du même avis que moi. Vous pensez vraiment qu'un joueur qui a joué la finale de Ligue des champions fin mai a comme première idée après la campagne d'aller jouer la Ligue des nations ? Prenez le modèle de la NBA (NdlR : où le nombre de matchs tend vers une réduction et où la pause estivale est très longue). Les joueurs ont plus de temps et plus de libertés. On sous-estime le repos mental et physique."

Faut-il alors boycotter ces matchs ? "Ce n'est pas la solution. On joue au football, un métier-passion. Mais je suis conscient que si j'ai connu trois récidives à la cuisse qui ont finalement débouché sur une déchirure, c'est parce que j'ai joué beaucoup de matchs en première partie de saison. Tous les clubs ne sont pas riches comme le PSG et n'ont pas des remplaçants du niveau des titulaires."

Il propose une réunion avec les instances. "Il y a des solutions et il faudrait les mettre sur la table. Trop de décisions sont prises de manière unilatérale. Aux joueurs de créer un syndicat, par exemple. Sinon je ne sais pas ce qu'ils vont encore inventer… Les équipes nationales ou même les clubs finiront par aligner leur équipe B, pour certains matchs. La qualité baissera, or elle est nécessaire. Les gens paient pour voir de la qualité. On sait que 50 % du stade vient pour Eden Hazard et Kevin De Bruyne. Il faut les épargner."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be