Carrasco a perdu son pari à la Coupe du monde : sa place est menacée à l’Atletico Madrid

Yannick Carrasco n'est pas dans sa meilleure forme. Il lui reste six mois pour convaincre tout le monde qu'il est encore un joueur aux qualités exceptionnelles.

Belgium's Yannick Carrasco reacts during a soccer game between Belgium's national team the Red Devils and Croatia, the third and last game in Group F of the FIFA 2022 World Cup in Al Rayyan, State of Qatar on Thursday 01 December 2022.
BELGA PHOTO BRUNO FAHY
BELGA PHOTO BRUNO FAHY

Quel avenir pour Yannick Carrasco ? Auteur d’un début de saison très mitigé, l’ailier comptait sur la Coupe du monde pour se donner un peu d’air et repartir du bon pied. Résultat des courses : les Diables rouges ont été éliminés dès la phase de groupe.

Titulaire lors de deux rencontres sur trois, on ne peut pas dire que l’ancien monégasque soit parvenu à marquer des points. YC est sorti à la mi-temps contre le Canada, n’est pas entré lors du naufrage marocain et a été effacé lors du nul fatidique contre la Croatie. Lors de ses 117 minutes au Qatar, il n’a réussi qu’un seul dribble. Indigne d’un joueur de son talent. Après quelques jours de vacances, Carrasco, tout comme son compagnon Witsel, a rejoint ses coéquipiers à l’entraînement. Avec une mission en tête: se relancer.

Simeone a besoin du meilleur Carrasco

Depuis plusieurs mois, Carrasco a perdu son statut d'incontournable à l’Atletico Madrid. Certes, il reste un joueur important. Mais il n’est plus le premier nom que le Cholo couche sur sa feuille de match. Actuellement, il n’est que le dixième joueur le plus utilisé de l’effectif. L’an dernier, il était le troisième, derrière Oblak, le gardien, et le capitaine Koke. Un déclassement impressionnant et pas si illogique.

Lire aussi: Yannick Carrasco : un déclassement à l’Atletico Madrid qui tombe mal avant le Mondial

Lorsqu’il est en forme, il fait clairement partie des cadres des Rojiblancos. Mais il a trop rarement fait étalage de ces nombreuses qualités cette saison. L’an dernier, il était le troisième dribleur de Liga avec 2,6 dribbles réussis par match, juste derrière Ousmane Dembélé et Vinicius Jr. Depuis août, cette moyenne a chuté à 1,3. Il réussit donc deux fois moins de dribbles sur une rencontre. Moins tranchant, il est également beaucoup moins décisif. Il n’a créé que trois occasions franches pour ses coéquipiers lors de la cuvée 2021/2022. Pire, il n’a inscrit qu’un seul but en Liga pour aucune passe décisive.

Le déclic aurait pu avoir lieu contre Leverkusen. Mais il a malheureusement gâché un match parfait avec un penalty manqué. Sans cette action, il aurait été le héros de la soirée avec un but et une passe décisive. Aujourd’hui, il semble traîner ce penalty comme un boulet à son pied.

Atletico Madrid's Yannick Carrasco, second from left, misses to score a penalty as Leverkusen's goalkeeper Lukas Hradecky makes a save during the group B Champions League soccer match between Atletico Madrid and Bayer 04 Leverkusen at the Civitas Metropolitano stadium in Madrid, Spain, Wednesday, Oct. 26, 2022. (AP Photo/Manu Fernaandez)
(AP Photo/Manu Fernaandez) ©Manu Fernandez

Comment inverser cette tendance ? La bonne nouvelle est que Diego Simeone croit encore en son joueur. L’Argentin l’adore et souhaite tout mettre en œuvre pour le relancer. Il sait qu’en forme, Carrasco peut lui permettre de faire mieux que cette mauvaise cinquième place en Liga. En cas d’échec par contre, le Belge de 29 ans pourrait définitivement mettre les voiles. Un jeu à quitte ou double.

Un départ pas exclu

Pour les médias espagnols, un départ cet hiver n’est pas à exclure. Même s’il paraît peu probable. L’été dernier, Tottenham était fortement intéressé par son profil. Mais le joueur n’est plus que l’ombre de celui qui savait arpenter tout son flanc et faire mal par sa percussion et ses dribbles. Par conséquent, cet intérêt s’est fortement calmé.

L’été prochain, la donne pourrait être différente. AS assure que les Colchoneros doivent absolument équilibrer ses comptes avec l’élimination européenne. Le joueur dispose d’une clause libératoire de 60 millions d’euros qui pourrait lui permettre de partir. Mais quel club payerait une telle somme ? S’il ne se redresse pas, il devrait avoir un bon de sortie pour la moitié de ce prix.

Pour le remplacer, l’Atletico a déjà une idée en tête : rapatrier Samuel Lino. À 22 ans, le Brésilien est arrivé cet été en provenance de Gil Vicente (D1 Portugaise) pour 6,5 millions d’euros. L’ailier gauche a directement été prêté à Valence où il casse la baraque cette saison. Un départ du Diable rouge laisserait une place dans l’effectif au joueur.

Ce transfert ne sera effectif que si le Belge ne redevient pas lui-même. Selon les médias, il devrait commencer titulaire pour la rencontre en Copa Del Rey le 22 décembre contre Arenteiro. Ce match ne sera pas décisif pour son avenir. Mais n’importe quelle bonne prestation est bonne à prendre pour que Yannick redevienne Carrasco.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be