Ce lundi soir (21h), la Real Sociedad se déplace à Eibar, dernier de Liga. Avec un Adnan Januzaj retrouvé ? Le week-end dernier, l’ailier s’est en tout cas illustré dans une rencontre tendue face au Celta Vigo, avec un but sur penalty (2-1) en première période. La victoire a permis aux Basques de réintégrer le top 5 de Liga, grâce au Diable rouge. Oui, mais...

Sa saison est loin d’être un long fleuve tranquille, à l’image de ce match au Celta. Plus titularisé depuis la mi-mars, Januzaj a dû retourner sur le banc à la mi-temps.

Le talentueux ailier traverse une saison entre ombre et lumière, partagée entre allers-retours sur le banc et coup d’éclats. Cette saison, son statut à la Real ressemble à celui d’un joker de luxe : le Belge n’a été titularisé qu’à neuf reprises, avec treize montées au jeu. Quatre fois, il est resté sur le banc d’Imanol Alguacil.

Son temps de jeu irrégulier peut expliquer ces performances en dent de scie. Cette saison, il n’a pas eu l’occasion d’enchaîner les matches, et d’engranger de la confiance. En Liga, il a joué 780 minutes en 22 matches, soit des apparitions sur les pelouses de 35 minutes en moyenne.

"Les plus grandes qualités de l’équipe"

Son début de saison est pourtant canon. Fin novembre, la Real Sociedad vient d’enchaîner six victoires consécutives, dans lesquelles Januzaj est décisif. Les Basques sont en tête de Liga et la lumière inonde l’ex-mancunien "C'est un très bon joueur. C’est le joueur qui possède les plus grandes qualités de l'équipe", avance même le journal Marca.

Januzaj sort d’un match plein face à Cadiz, ponctué d’un assist somptueux. Puis, sans trop savoir pourquoi, le gaucher retourne dans l’ombre : une entrée de neuf minutes contre Villarreal, avant d’être écarté sur le banc pendant 180 minutes lors des partages face à Alavés et Eibar. De retour à une place de titulaire face au Barça mi-décembre, on pense Adnan sur les bons rails. Mais sa cuisse vient stopper son élan après 56 minutes de jeu. Il est écarté pour trois semaines.

La lumière recroise son chemin en février. Aligné dans le onze de départt face à Cadiz, pour la première fois depuis la mi-décembre, le numéro onze de la Sociedad s’offre un assist. Puis, retour à l’irrégularité : quatre titularisations et cinq montées au jeu en apportant à chaque fois cette vivacité, ces dribbles et ces petits coups de génie qui le caractérisent. Et lorsque son équipe remporte la coupe du Roi début avril Adnan Januzaj ne participe même pas à la fête.

Ce lundi, face au dernier de Liga, le Bruxellois pourrait recevoir l’occasion d’enchaîner pourrester dans la lumière, une fois pour toutes. Il en a en tout cas bien besoin, à cinq semaines de l’annonce de la liste de Roberto Martinez pour l’Euro.