Advocaat: “Stijnen ? Un sportif frustré !”

Diables Rouges

Interview > Yves Taildeman

Publié le - Mis à jour le

Advocaat: “Stijnen ? Un sportif frustré !”
© Photonews

Dick Advocaat a remis le gardien et Herman Wijnants à leur place

DWORP Une fois de plus, Dick Advocaat a remis les points sur les i . Cette fois, il a profité d’une rencontre informelle avec les journalistes dans le magnifique chateau Gravenhof à Dworp pour remettre Stijn Stijnen et Herman Wijnants à leur place. Le week-end passé, les deux avaient critiqué le fait qu’Advocaat combine deux fonctions.

L’attaque de Stijnen vous a-t-elle surpris ?

“Je pensais qu’il avait arrêté l’équipe nationale ? Il aurait dû prendre ses responsabilités avant. Mais tout le monde peut dire ce qu’il veut, Stijnen aussi. (Après une longue pause) Disons que c’est le commentaire d’un sportif frustré.”

Aurait-il fait partie de votre sélection s’il avait été disponible ?

“Bien sûr ! J’ai simplement dit qu’il devrait faire ses preuves, parce que je devais encore déterminer qui était numéro un, deux et trois. Il a critiqué le fait qu’on ne joue qu’un match, du mois de janvier à mai. Il aurait mieux fait de mieux se renseigner. La Fifa ne nous autorise à ne jouer qu’un match jusqu’en mai.”

Herman Wijnants, le boss de Westerlo et membre du Comité exécutif, ne vous a pas épargné non plus. Il a critiqué les Néerlandais.

“S’il parle en tant que patron de Westerlo, il a le droit de diffuser son opinion, mais pas en tant que représentant de la Fédé. J’ai lu qu’il a fait beaucoup d’affaires avec les Néerlandais. Cela signifie qu’ils lui ont rapporté beaucoup d’argent ! Je ne vais pas lui serrer la main parce que je pourrais ne plus en avoir...” (NdlR : Wijnants avait dit que quand on donne une main à un Néerlandais, il s’empare de votre bras).

L’émoi qu’a provoqué votre signature à l’AZ vous a-t-il surpris ?

“Terriblement ! On ne cesse de me reparler de cela, alors que je répète formellement : je ne travaillerai que pour la Belgique dès la fin du mois de juillet. Si vous ne me croyez pas, vous avez un problème, pas moi.”

Est-ce vrai que Stuttgart vous a également approché ?

“Pas de commentaire.”



© La Dernière Heure 2009

Vos articles Sports

Newsletter Sports+

Fil info