Moins de 24 heures après l'annonce de l'UEFA de retirer à Bruxelles l'organisation de l'Euro 2020, Alain Courtois a diffusé un plaidoyer en faveur d'un stade national qu'il continue de défendre corps et âme malgré l'échec cuisant subi par la Belgique aux yeux du monde.

Pratiquement chaque semaine, Alain Courtois poste une capsule vidéo intitulée "La Minute Courtois" pour aborder divers thèmes d'actualité. Fervent défenseur du stade national, l'échevin bruxellois "ne pouvait laisser sous silence la décision de l'UEFA d'exclure Bruxelles et la Belgique de l'Euro 2020" en leur retirant le lot de matches initialement attribué à la capitale de l'Europe.

Le ministre bruxellois des Sports aborde ainsi dans un premier temps sur le factuel de ce dossier, promettant de "revenir à un autre moment" sur ses adjuvants et ses opposants et ne manquant pas de rappeler que "cela fait trente ans que je me bats pour qu'il y ait un stade de football dans ce pays, qui a fondé l'UEFA et la FIFA". 

Et de citer l'Union européenne de football en brandissant un carton rouge : "la Belgique promet un stade depuis 1987, nous sommes en 2017. Il n'y a pas un problème en Belgique ?"

Invitant à une remise en question, Alain Courtois conclut en citant, actualité oblige, Johnny Hallyday : "Vivre pour le meilleur".