Eden Hazard et Thomas Vermaelen ont fait l'impasse sur l'entraînement de ce mardi matin.

Une fois n'est pas coutume, il y avait deux absents ce mardi matin lors de l'entraînement des Diables à Bordeaux. Eden Hazard et Thomas Vermaelen, suspendu contre les Gallois, ont fait l'impasse. "Eden a senti une contracture au quadriceps à la mi-temps. Il devrait reprendre jeudi. Il devrait être à 100% vendredi, a rassuré le sélectionneur. Thomas, de son côté, a mal un peu partout. Il a poussé son corps assez loin. Il va pouvoir récupérer."

Le match contre la Hongrie fait partie du passé et tous les regards sont tournés vers le pays de Galles. "Je vais regardez quelques matchs des Gallois cet après-midi. Lors des dernières rencontres, le pays de Galles nous attendait bas avec cinq défenseurs. Nous pouvons aussi attendre et voir comment ils vont réagir. Mais ça ne fait pas partie de notre philosophie. On va rester calme et patient. Il faudra poser notre jeu face au pays de Galles et essayer de percer leur défense."

Avec trois buts en quatre match, Gareth Bale a démontré qu'il était en forme. "Il a un rôle libre. Il faut jouer compact. Ce n'est pas un seul joueur qui doit s'en occuper. Tout le monde connait bien son rôle et monte en puissance."

Vermaelen suspendu, le sélectionneur doit faire face à un problème de taille. "Nous avons suffisamment d'alternatives pour remplacer Thomas", botte en touche Wilmots.

Offensivement par contre, il a l'embarras du choix. "Les remplaçants poussent tout le monde à être au top. Romelu? Il fatigue les défenseurs. Il touche tous les dégagements de Courtois et bouge tout le temps. On ne joue pas un match avec un attaquant mais avec quatre. On crée sept occasions par match."

Les Diables ont atteint le même stade que lors de la dernière Coupe du Monde au Brésil. Pas question pour autant de s'en satisfaire. "Quand j'arrive en quarts, ma seule obsession est d'aller en finale."

"Etre favori, cela ne veut rien dire, du moins en football. Il est très difficile de bouger un bon bloc défensif. On pourrait bien sûr aussi se contenter d'attendre. Mais ce n'est pas notre philosophie, et on ne va pas en changer. On veut faire le jeu. Atteindre les quarts comme il y a deux ans au dernier mondial démontre du reste qu'on est dans le bon. Mais c'est clair que cette fois on veut encore aller plus loin...", a conclu Wilmots.


Alderweireld: "Nous avons les joueurs pour contrer Bale"

À trois jours des retrouvailles avec le pays de Galles, Toby Alderweireld est apparu confiant en conférence de presse. La présence de Gareth Bale dans les rangs gallois ne l'inquiète pas outre-mesure. "Nous avons les joueurs pour contrer Bale et les autres joueurs gallois. Il y a plus de meilleurs joueurs dans l'équipe galloise que suédoise, tant défensivement qu'offensivement. Il ne faudra pas faire de bêtes fautes de concentration quand nous aurons le ballon. Depuis le début, notre objectif est de gagner le tournoi. Mais il est impératif d'aborder chaque match avec sérieux."

Depuis trois matchs, la défense belge est à nouveau imperméable. Toby Alderweireld n'y est pas étranger. "Je n'aime pas trop parler de moi. Je suis content d'être dans l'équipe. C'est une immense fierté de pouvoir aider ton pays dans un Euro."

Un but marqué et aucun encaissé: le bilan du 60e match international de Toby Alderweireld dimanche passé contre la Hongrie (4-0) au Stadium de Toulouse en 1/8e de finale est plus que positif. Il a en outre disputé les quatre premiers matches des Diables Rouges dans leur intégralité, mais reconnaît que son organisme commence à souffrir. "J'exagère à peine si je dis que je suis pratiquement sur la brèche depuis un an", souligne-t-il. "Cela devient un peu lourd, tant physiquement que mentalement. Je ne suis d'ailleurs pas le seul dans ce cas mais je crois quand même que la Premier League devrait peut-être se pencher sur le problème. Trop, c'est trop. Maintenant le paradoxe, c'est que je m'améliore au fil de mes prestations dans cet Euro..."

Alderweireld va être "orphelin" au centre de la défense de son partenaire Thomas Vermaelen, suspendu, vendredi soir (21h00) à Villeneuve d'Ascq (Lille) contre le Pays de Galles en quart de finale.

"Dommage, bien sûr", avoue-t-il. "Notre association était presque parfaite. Mais bon il y a d'autres défenseurs de qualité dans le groupe. Ce sera au coach de choisir entre les différentes solutions possibles, le plus vraisemblablement entre Jason Denayer et Jan Vertonghen, quasiment indispensable à gauche..."

Enfin il a rendu hommage au gardien Thibaut Courtois, "tellement important depuis des années, mais aussi aux deux autres, "Simon (Mignolet) et Jean-François (Gillet) qui contribuent à le maintenir à son meilleur niveau en s'entraînant avec lui..."


Carrasco: "Les critiques cassent le moral des joueurs"


Offensivement, les Diables pourront compter sur un Yannick Carrasco en confiance. En balance avec Dries Mertens, le joueur de l'Atlético a marqué des points en inscrivant le 4ème but face à la Hongrie. "Je n'ai revu mon but qu'une seule fois. C'est assez. C'était mon premier goal chez les Diables. Ca fait chaud au cœur. Rien n'est acquis quand on est titulaire. Il faut prouver. Le coach fait ses choix. Je dois bosser et faire la différence quand je monte."

Yannick Carrasco n'aime pas les critiques et il l'a clairement fait savoir. "J'ai lu qu'il y avait quelques critiques dans la presse à mon sujet. Je dois encore m'habituer à l'équipe. On compare mes prestations avec la finale de la Champions League où je jouais à gauche. Ici, je suis sur le flanc droit. Ce n'est pas pareil. C'est plus difficile car à gauche je peux rentrer dans le jeu et tirer au but. J'ajoute que ceux qui prétendent me juger, ignorent quelles étaient mes consignes, et donc si je les ai bien respectées, ou non. Par exemple si je ne me suis pas montré très offensif contre la Suède, c'est parce que je devais bloquer son arrière-gauche Martin Olsson.

Les critiques ne m'ont pas touché mais je pense que c'est inutile. Cela casse le moral des joueurs. Il y a des attentes, certes, mais ce n'est pas normal de rabaisser directement un joueur quand l'équipe gagne. On peut me critiquer mais il faut aussi regarder le travail défensif que j'accomplis. J'ai envoyé un message à Antoine Griezmann lorsqu'il a été critiqué. J'étais fier quand il a marqué ses deux buts contre l'Irlande."

L'ancien joueur de Monaco peut compter sur un soutien de choix pendant cet Euro. "Diego Simeone m'encourage. Il essaye que je fasse un bon tournoi et m'envoie des SMS régulièrement."