En temps normal, il aurait dû aborder un énorme sourire après avoir battu son meilleur ennemi. Quatre tirs contre 22, 34 % de possession seulement et deux buts : Tottenham a fait du José Mourinho pour prendre la mesure d’une équipe de Manchester City qui a été la mauvaise caricature du jeu de Pep Guardiola dans le sillage de son duo formé par Son, auteur de l’ouverture du score (5e), et Kane qui en servant Lo Celso a délivré sa neuvième passe décisive de la saison (65e). Mais le Portugais était plutôt contrarié par la sortie sur blessure de Toby Alderweireld.

"C’est mauvais. C’est une blessure musculaire au niveau de l’adducteur. Il faut attendre mais c’est assez grave. Cela risque de durer longtemps. Je suis désolé pour lui" , a soupiré le manager des Spurs qui, dans l’attente des résultats des examens médicaux que passera l’Anversois, s’apprête à se passer de lui pour le déplacement à Chelsea le 29 novembre, la réception d’Arsenal le 5 décembre et sans doute pour l’enchaînement match à Liverpool - réception de Leicester les 16 et 19 décembre.

Remplaçant en début de saison dans les matchs qui comptaient, Alderweireld avait renversé la tendance ces dernières semaines : depuis la trêve internationale d’octobre, il avait débuté six des huit matchs des Londoniens, étant ménagé seulement en Europa League contre Linz et l’Antwerp. Pour devenir le septième joueur le plus utilisé par Mourinho qui a justement pointé du doigt l’enchaînement des matchs pour expliquer ce pépin qui a touché son défenseur qui sortait de deux fois 90 minutes contre l’Angleterre et le Danemark. Sans cibler quelqu’un.

"Il n’y a personne à blâmer. Il a joué avec sa sélection qui avait besoin de se qualifier pour le Final Four. Avec nous, il joue si bien que nous avions décidé de l’aligner plutôt que de le laisser au repos", a déploré Mourinho. "Il faut juste espérer qu’il revienne le plus vite possible." Ce qui n’est pas garanti en 2020.