Diables Rouges
Thierry Henry est-il capable d'entraîner une équipe professionnelle de haut niveau? Sur le Rocher, son ancien joueur Aleksandr Golovin en doute. Selon lui, il n'est pas prêt.

Après avoir quitté la sélection belge, le champion du monde 1998, est allé s’asseoir sur le banc de l'AS Monaco, en pleine crise en Ligue 1. Cette première expérience dans le costume d'entraîneur principal s'est avérée être un véritable échec. Depuis lors pourtant, le club qui était relégable est parvenu à légèrement redresser la barre et à sortir de la zone rouge.

De ce désastre, Thierry Henry en était sorti presque indemne médiatiquement. Personne n'avait remis publiquement en cause ses capacités d'entraîneur. Mais aujourd'hui, les langues se délient. Aleksandr Golovin s'est confié à un Youtubeur et ex-footballeur russe, Savin Evgeny. Dans cette vidéo, le médian russe n'y va pas par quatre chemin: "Pour moi, il n'est pas encore prêt à entraîner", confie le joueur monégasque.


Il précise ensuite ses propos: "Quand les choses n’allaient pas à l’entraînement, il devenait nerveux et criait beaucoup. Ce n’était peut-être pas nécessaire. Il venait alors sur le terrain et nous montrait ce qu’il fallait faire". Cette confession tranche de l'image que le Français a pu donner durant près de deux ans auprès de la sélection belge. Calme, proche de ses joueurs, attentionné. Golovin dresse un tout autre tableau.

Henry pas encore sorti de son rôle de joueur 

À l'entraînement, Thierry Henry aurait eu une attitude un peu trop joueuse au goût du Russe: "Peut-être qu’il n’a pas pu faire abstraction de son passé de joueur. Il s’emparait du ballon et nous demandait d’essayer de le lui prendre. Les joueurs restaient calmes, même si certains ont peut-être été un peu choqués, mais lui devenait nerveux et courait sur le terrain pour jouer et nous montrer des trucs... ».

Ces franches déclarations ont de quoi surprendre. Le quadragénaire faisait l'unanimité au sein du groupe des Diables. Tellement que lorsqu'il a reçu son C4 de la part de l'ASM, Roberto Martinez affirmait en février à L'Équipe TV: "J'aimerais avoir une discussion avec lui mais ce n'est pas le bon moment. Il a besoin d'un peu de temps pour prendre un nouveau départ. Ce ne serait pas logique qu'il redevienne adjoint. Mais avec ce qu'il a fait pour nous en sélection, les portes lui sont grandes ouvertes".

Si le coach français réintégrait le groupe des Diables, il retrouverait sur sa route, dans le cadre de la phase éliminatoire pour l'Euro, la Russie d'un certain... Aleksandr Golovin, celui là même qui s'était vu brandir un carton rouge à la 90e minute lors du match aller remporté 3-1 pas les Belges.