Diables Rouges

Cela n'aura pas échappé aux (télé)spectateurs de Manchester City-Chelsea ce lundi : Eden Hazard a porté les Blues vers un succès de prestige. Seul le grand Bayern Munich avait triomphé à l'Etihad stadium cette saison et Petr Cech fut le premier à y rendre une cleen sheet. Monstrueux défensivement, Cahill est élu homme du match par nos confrères de Sky Sports, avec un 9/10 attribué également à Matic. Eden, lui, se contente d'un 8 qu'il partage avec le reste de la défense des Blues, mais il se consolera avec des louanges plus poussés chez le Guardian et le Telegraph, qui lui attribuent un 9 et des commentaires tels que "tout le temps en mouvement, il fut déroutant et impliqué dans tous les bons coups" ou "sa standing ovation était méritée. Merveilleuse prestation".

Avec 75 ballons touchés, notre compatriote était de tous les bons coups. Il a réussi 11 dribbles sur 16 et provoqué 4 fautes. Seul pêché mignon d'une copie presque parfaite : 22% de passes ratées. Une stat' honorable toutefois, quand on connait Eden et son envie permanente de jouer "risqué" dans les trente derniers mètres. Outre les statistiques et les cotes, on retiendra l'enfer qu'a fait vivre Eden aux Skyblues. Omniprésent et toujours menaçant, il a mis Chelsea dans le sens de la marche sur chacune de ses touches de balle. S'il a toujours eu cette capacité à accélérer le jeu et faire gagner plusieurs mètres à son équipe sur l'échiquier, d'un seul coup de rein, il ne l'avait peut-être jamais aussi bien fait dans un match au sommet.


Présent dans les duels et en reconversion défensive

On a aussi pu constater qu'il gagnait de plus en plus régulièrement des duels "physiques", répondant plus d'une fois à Demichelis et Zabaleta dans ce secteur, lundi soir. Il a aussi contré plusieurs fois Jesus Navas et Zabaleta dans leurs offensives. Un travail de l'ombre qui ne l'a pas empêché de briller offensivement, si ce n'est en fin de partie quand la fatigue se faisait sentir. Peu importe, la différence avait été faite par Ivanovic en première mi-temps et Chelsea pouvait alors se reposer sur son assise défensive.

Ses excellents mois de décembre et janvier l'avaient déjà laissé croire, cette prestation le confirme : Eden a franchi un cap cette saison. Décisif contre Swansea, Liverpool, Southampton et Hull, il a également rendu de très belles copies contre les deux Manchester. De quoi prouver qu'il a pris une nouvelle dimension, alors qu'on lui reprochait encore en début de saison des prestations en demi teinte dans les matches au sommet.


"Le meilleur jeune joueur du monde"

Les progrès du n°17 des Blues sont tels que les louanges ne cessent de pleuvoir. Lors du débriefing de City-Chelsea, John Hartson a déclaré sur le plateau de match of the day qu'il voyait du Messi chez Eden. "Il a été impliqué dans toutes les actions de Chelsea. Il était tout simplement électrique, City n'a pas trouvé de solution face à lui" . Quant à José Mourinho, il a fait de son protégé le "meilleur jeune joueur de la planète" , en conférence de presse d'après match. Et d'ajouter : "il a la capacité d'atteindre le niveau de Messi et Ronaldo mais il devra garder les pieds sur terre. Donnez-lui du temps".

De notre côté, on se réjouit tout autant de la bonne forme du meneur de jeu des Diables rouges. Si sa nomination pour le ballon d'or 2013 était presque flatteuse, il revendiquera sans nul doute une place dans le top 10 de ce classement en janvier prochain. A condition bien sûr de tenir le rythme durant les onze prochains mois, ce qui est loin d'être gagné. Mourinho a fait de notre compatriote sa pièce maitresse et cela nécessitera une résistance physique à toute épreuve. Rarement fatigué et presque jamais blessé, le Brainois n'a pas encore montré ses limites physiques, si ce n'est par son forfait en finale de l'Europa League la saison dernière. Espérons qu'il ne le fera pas cette saison, après la sur-utilisation que Mourinho fait de lui, car un Eden de ce niveau pourrait envoyer les Diables au paradis en juin prochain…

(Nicolas Christiaens)