"Je n'ai pas encore oublié cette demi-finale perdue il y a 3 ans à la Coupe du monde en Russie", a déclaré Courtois sur son site internet. "Nous étions si proches. Il est vrai que nous étions déçus et frustrés à ce moment-là, mais je ne suis plus rancunier. Cela fait plus de trois ans, aussi. Vous ne pouvez pas comparer les deux demi-finales. Si nous gagnons ce tournoi, nous ne pourrons pas le fêter ensuite devant une Grand-Place de Bruxelles pleine. Le lendemain, tout le monde devra être de retour auprès de son club. Il faudra donc que la fête se fasse sur le terrain et dans les vestiaires. Mais je ne pense pas encore à cela, pour être honnête. Il s'agit d'abord de battre la France, maintenant", a déclaré Courtois.

Le Final Four de la Ligue des Nations se joue au milieu de la saison, et le numéro un du Real Madrid admet qu'il aborde le début du tournoi avec des sentiments mitigés. "D'un côté, je suis heureux de disputer un trophée avec mes coéquipiers, mais d'un autre côté, nous sommes au milieu de la saison, donc avec beaucoup de matchs de championnat et aussi la Ligue des Champions. La concentration est donc totalement différente qu'à un Euro ou à une Coupe du monde. Cela n'empêche que nous voulons tout faire pour aller chercher ce trophée. Nous voulons vraiment soulever cette coupe, même si ce ne sera pas facile avec l'Espagne, l'Italie et la France comme adversaires. Tout le monde a une chance de gagner. Avec la préparation qui était beaucoup plus courte, les détails seront encore plus importants. Quels joueurs sont disponibles, dans quelle forme sont-ils et comment vont-ils digérer les matchs en quelques jours?"