A l'approche de pays de Galles - Belgique, on peut penser que les Diables ne sont pas prêts d'avoir un vrai "onze type" dans cette campagne de qualification


BRUXELLES Avant toute chose, précisons que cet article n'est pas écrit dans le but de jouer les sélectionneurs. Les cartes sont dans les mains de Marc Wilmots et nous sommes les premiers à penser que l'ensemble de la nation doit le soutenir dans sa quête d'une qualification pour le mondial 2014.

Cela n'empêche pas la rédaction de dh.be que nous sommes d'ouvrir le débat avec nos internautes sur la nécessité, ou non, d'avoir un véritable attaquant de pointe au coup d'envoi du premier match, ce vendredi soir, au pays de Galles. Car il semble bien que ce soit l'un des derniers dilemmes de notre sélectionneur, à quelques heures du match tant attendu.


Oui à Benteke !

Le système "barcelonnais sans Villa" qu'est celui d'un 4-3-3 sans véritable attaquant de pointe nécessite une certaine maitrise et, surtout, d'avoir plusieurs dynamiteurs de défenses, qui ont des automatismes entre eux. Il est clair qu'à plusieurs reprises, les Diables seront amenés à poser des offensives et à tenter de contourner le double rideau défensif que nous imposeront les Gallois. Il faudra trouver des espaces dans les intervalles et se reposer sur un exploit individuel pour faire la différence. Hazard, Mertens et Mirallas ont le profil requis mais n'ont guère d'automatismes. Et puis, Xavi n'a pas encore pris la nationalité belge...

La meilleure alternative semble être un 4-3-3 avec Benteke en pointe. Tout d'abord parce qu'elle offre la possibilité de passer en 4-4-2 avec un seul remplacement (l'entrée de Lukaku, par exemple) en fonction du déroulement du match. Ensuite parce qu'il s'agit de peser un minimum sur cette défense galloise et notamment sa charnière. Hazard, Mirallas ou Mertens sont attirés par le cuir et décrochent sans cesse pour le toucher un maximum. Cela libère les deux défenseurs centraux adverses qui peuvent dès lors se concentrer sur leur placement dans les derniers mètres, pour couper tous les angles de passes et venir prêter mains fortes à leurs backs et médians défensifs sur le pressing du porteur du ballon.

Aligner Hazard en pointe lui permet certes de se concentrer sur son jeu en possession de balle et délaisser sa tâche défensive mais cela le prive d'un pivot comme l'était Tulio De Melo à Lille ou comme l'est Fernando Torres à Chelsea. Bref, des joueurs qui mobilisent cette charnière centrale adverse pour dégager de l'espace à ceux venant de la deuxième ligne.


Mertens ou... Hazard en joker de luxe ?

Au vu de leur forme actuelle respective, placer Mertens ou Hazard sur le banc serait s'exposer à de nombreuses critiques, d'autant plus que les deux joueurs sont devenus les chouchous du public belge. Pourtant, force est de constater qu'Eden est un véritable bâton de dynamite quand il monte à l'heure de jeu. Le 4-4 contre l'Autriche en est le meilleur exemple. Le joueur a toutefois acquis un autre statut que celui qui était le sien il y a deux ans et on le voit mal perdre sa place de titulaire en ce début de campagne.

Dries Mertens pourrait donc faire les frais de cette situation et hériter d'une étiquette de joker de luxe. Wilmots le dit lui même, les remplaçants peuvent se montrer plus importants que les titulaires et les excellentes montées au jeu du meneur du PSV Eindhoven face à la Turquie il y a quinze mois ou, plus récemment, face aux Pays-Bas, pourraient inciter notre sélectionneur à concentrer l'impact potentiel d'un grand Mertens sur les trente dernières minutes de jeu, qui devraient également voir Lukaku faire son apparition, si les Diables n'ont pas encore fait la différence. Une formule testée et approuvée le 15 aout dernier...


Qui dans l'entrejeu ?

Finalement, celui dont on parle le moins est Kevin Mirallas. Le neo-Toffee devrait toutefois être titularisé ce vendredi soir. Valeur sûre à l'avant, il est surtout notre attaquant le plus efficace en reconversion défensive, ce qui peut avoir son utilité face à Gareth Bale. Mais quel que soit notre trio offensif titulaire à Cardiff (Mertens-Hazard-Mirallas ou Hazard-Benteke-Mirallas, vous aurez deviné notre préférence), ils sont quatre pour trois places dans l'entrejeu.

Il semblerait ("enfin", dirons certains) que Timmy Simons ne soit plus une option au coup d'envoi. Dembélé, Defour, Fellaini et Witsel sont donc les quatre prétendants. Les deux premiers cités sont sans doute en balance, tant les deux autres peuvent apporter au niveau de la conservation du ballon et sur les phases arrêtées, qui pourraient être une autre issue de secours en cas de panne offensive sur les attaques placées. Faire jouer Defour peut permettre à nos deux "afros" de jouer en déviation sur les passes longues et d'aller peser sur la défense adverse lors des attaques placées. Deux bémols, les deux hommes font parfois un peu double emploi lorsqu'ils évoluent l'un à côté de l'autre et ils ne sont pas les plus explosifs dans les derniers mètres.

Dembélé est donc peut-être devenu l'homme providentiel, surtout au vu de son adaptation éclair au poste de médian axial, où il avait d'ailleurs été formé. Witsel serait alors aligné en n°6, tout en gardant la possibilité de permuter avec Fellaini. Dembélé, lui, assurerait le liant entre tout ce beau monde et Benteke. Defour pourrait quant à lui retrouver une place de titulaire contre la Croatie, où le jeu sans ballon aura sans doute un peu plus d'importance que ce vendredi soir.

Voilà donc notre onze idéal (voir l'image de l'article) pour ce match bien précis. Ci-dessous, plusieurs sondages vous donnent la possibilité d'effectuer votre propre équipe type. A vous de jouer...

© La Dernière Heure 2012