Le gardien finlandais, d'un but contre son camp après une tête de Thomas Vermaelen sur son cadre, et Romelu Lukaku, ont marqué pour les Diables. Les Diables Rouges joueront leur huitième de finale dimanche soit à Séville (21h) contre un troisième de groupe. C'est avec 29 degrés et huit changements au sein de l'équipe belge par rapport au duel contre le Danemark que le match a débuté. Martinez a notamment lancé Jérémy Doku et Leandro Trossard, qui ont fait leurs débuts dans un grand tournoi. En défense, le trio central était composé pour la première fois de, gauche à droite, Thomas Vermaelen, Dedryck Boyata et Jason Denayer.

Mais les regards étaient surtout braqués sur Eden Hazard, Kevin De Bruyne et Axel Witsel, titulaires pour la première fois après différents pépins physiques. C'est entre autres grâce aux qualités techniques des trois précités que la Belgique a monopolisé le cuir dans les premières minutes.

Les troupes de Martinez ont progressivement mis le nez à la fenêtre. Romelu Lukaku n'a pas pu exploiter une perte de balle (21e), De Bruyne a mis le feu à la défense d'un rapide slalom et Witsel a tenté sa chance de loin (23e), en vain. Après avoir cadré le premier tir du match, le Liégeois a vu sa frappe à l'entrée du grand rectangle, après une remise de Lukaku, filer loin du but de Lukas Hradecky (32e). Dans la foulée, Trossard a lui aussi tenté sa chance d'une frappe en pivot (33e) et Doku a été contré par Arajuuri (34e).

Après une pause boisson nécessaire vu les conditions, Lukaku a prolongé un centre de De Bruyne mais sa tête a trouvé les bras du gardien du Bayer Leverkusen (37e). Après avoir alerté Lukaku à la suite d'une accélération, Doku a une nouvelle fois fait parler sa vitesse. Lancé sur le flanc gauche, il est entré dans le jeu avant de voir sa frappe croisée brillamment repoussée (43e). Le premier acte s'est terminé sur une action litigieuse, Eden Hazard tombant dans le rectangle après un contact.

Si les Finlandais ont tenté leur chance pour la première fois du match au retour des vestiaires, c'est la Belgique qui s'est procuré les meilleures occasions, notamment une tentative d'Eden Hazard sur un corner tiré à ras de terre par De Bruyne (58e). Courtois a ensuite dû s'employer pour la première fois de la soirée après une tentative de Glen Kamara (62e).

Eden Hazard, parfaitement servi en retrait par Witsel, a cru ouvrir le score mais c'était sans compter sur un nouvel arrêt réflexe de Hradecky (63e). Les Diables Rouges, sur un service de 'KDB' pour 'Big Rom', ont trouvé le chemin des filets mais, après l'intervention du VAR, le but de l'attaquant de l'Inter a été refusé pour un hors-jeu de quelques centimètres à peine (67e).

Ce n'était que partie remise. Sur un corner de De Bruyne, Vermaelen a vu sa tête frapper le montant avant de rentrer dans le but après un rebond sur l'infortuné Hradecky (0-1, 74e).

La Belgique a plié la rencontre grâce à sa prolifique connexion De Bruyne - Lukaku. Le premier a adressé un ballon au second qui, dos au but dans une position qu'il affectionne, s'est retourné pour inscrire son 63e but sur la scène internationale (0-2, 81e) avant de céder sa place à Christian Benteke, une première depuis le début du rassemblement (84e). Hans Vanaken, absent de la feuille de match lors des deux premiers matches, est monté dans les arrêts de jeu pour Kevin De Bruyne.

Outre la victoire, un autre point positif de cette rencontre est de voir De Bruyne, Witsel et Eden Hazard disputer 90 minutes.

C'est la 3e fois en quatre grands tournois de rang que la Belgique ponctue la phase de groupes avec 9 points. En effet, les Diables y étaient déjà parvenus aux Coupes du monde 2014 et 2018.

L'équipe nationale jouera ce dimanche soir (21h) sur la pelouse du stade olympique de Séville, appelé La Cartuja, contre un pays ayant terminé troisième de son groupe. Il faudra attendre l'issue de la phase de groupes pour en connaître l'identité précise.

En cas de qualification pour les quarts, les Diables Rouges se produiront à Munich le vendredi 2 juillet (21h), potentiellement contre l'Italie, première du groupe A.

Simultanément, le Danemark a surclassé la Russie (1-4) pour terminer deuxième du groupe avec 3 points, à égalité avec la Finlande, 3e, et la Russie.

Première de son groupe, l'équipe nationale jouera ce dimanche soir (21h) sur la pelouse du stade olympique de Séville, appelé La Cartuja, contre un pays ayant terminé troisième de son groupe. Il faudra attendre l'issue de la phase de groupes pour en connaître l'identité précise.

En cas de qualification pour les quarts, les Diables Rouges se produiront à Munich le vendredi 2 juillet (21h), potentiellement contre l'Italie, première du groupe A.

Le Danemark ne fait qu'une bouchée de la Russie et file en 8es de finale 

Grâce à sa victoire 1-4 contre la Russie, conjuguée à celle de la Belgique contre la Finlande (0-2), le Danemark termine à la deuxième place du groupe B derrière les Diables Rouges. Avec 3 points, le même total que la Russie et la Finlande, les Danois terminent deuxièmes grâce à la différence de buts. La Finlande, 3e, peut encore espérer terminer parmi les meilleurs troisièmes pour atteindre les 8es de finale. La Russie, 4e, est éliminée. Après un début de rencontre d'une grande intensité de la part des deux équipes, la première occasion était à mettre à l'actif de la Russie. Sur un effort en solitaire, Aleksandr Golovin se jouait de la défense danoise mais son tir était repoussé du pied par Kasper Schmeichel (18e).

Le Danemark répondait ensuite avec une frappe de Pierre-Emile Hojbjerg qui frôlait le montant du but de Matvei Safonov (29e). Les Danois se montraient de plus en plus menaçants et étaient finalement récompensés peu avant le repos. Oublié par la défense russe, Mikkel Damsgaard décochait une frappe puissante des 20 mètres en pleine lucarne (39e).

Poussés par leur public, les troupes de Kasper Hjulmand profitaient d'un cadeau de la défense russe pour doubler la mise. Roman Zobnin effectuait une passe en retrait vers Safonov mais servait Yussuf Poulsen qui n'avait plus qu'à pousser le ballon au fond (59e).

Obligée de marquer deux buts pour encore rêver des huitièmes de finale, la Russie revenait dans le match sur penalty. Après une faute de Jonas Vestergaard sur Aleksandr Sobolev, Artem Dzyuba fusillait Schmeichel (70e).

Les espoirs russes ne duraient finalement que neuf minutes. Sur un ballon mal dégagé par la défense russe, Anders Christensen décochait une frappe des 20 mètres qui terminait sa course dans le plafond du but de Safonov. La Russie buvait le calice jusqu'à la lie et Joakim Maehle, l'ancien joueur de Genk, fixait le score final à 1-4 (82e).

En huitièmes de finale, le Danemark affrontera le pays de Galles, deuxième du groupe A, le samedi 26 juin à 18h00 à Amsterdam


Revivez la rencontre: