L'ex-Genkois a fait ses grands débuts avec les A : "Dick Advocaat sait ce qu'il veut. On a retrouvé l'amour du maillot belge"

BRUXELLES On savait que l'ère Stijn Stijnen était finie. Qui allait le remplacer dans le but ? Jean-François Gillet, excellent avec Bari en Serie A , était pressenti et annoncé dans tous les quotidiens du pays.

Logan Bailly, qui a vécu samedi son premier succès de la saison tous matchs confondus, a finalement reçu sa chance. Il l'a saisie et s'est montré intraitable.

"Sincèrement, j'étais surpris de débuter. Pendant toute la semaine, j'ai eu le sentiment que c'était du 50-50, confiait le gardien de Mönchengladbach. J'espérais donc toujours jouer; mais c'est seulement samedi à midi, lors de la théorie, que j'ai appris ma titularisation. Cette première apparition en sélection A est une superbe reconnaissance."

Ayant entamé une nouvelle ère, qui plus est positivement, dans ce costume de gardien principal, Logan Bailly espère bien s'installer dans ce rôle.

"Ça va me booster pour la suite, mais je dois continuer à faire mes preuves. Je suis très fier d'avoir joué pour mon pays, en plus lors d'un bon match contre la Turquie. J'espère m'installer, car j'ai beaucoup travaillé pour parvenir à ce statut mais je dois encore bosser plus pour m'affirmer, car il y a un excellent Jean-François Gillet qui n'attend que le même honneur."

Après le second but d'Emile Mpenza, Bailly n'a pas hésité à piquer un sprint de 70 mètres pour célébrer le but avec tous ses équipiers. Il s'agissait d'une autre image forte de ce collectif retrouvé.

"Nous avons été très fortement critiqués; et aujourd'hui, c'est une satisfaction énorme de renouer avec le succès, surtout de cette manière. L'équipe, qui revient de très loin, était soudée. Chacun a bossé pour le collectif. Chacun d'entre nous avait vraiment envie de jouer pour son pays et pour ses supporters. On a senti l'amour du maillot et cette rage de gagner. La Belgique était nettement supérieure, mais il faudra le confirmer et ne pas faire n'importe quoi en Estonie sans quoi ce nouveau départ n'en sera pas réellement un."

L'ancien Genkois, courtisé par le Bayern et Galatasaray cet été, est sous le charme du travail de Dick Advocaat.

"Les choses ont vraiment changé, et cela s'est vu sur le terrain. Le coach sait ce qu'il veut et il a un gros palmarès. Cela compte. Il a tapé du poing sur la table en affirmant : "Cela va se passer comme ça". Et cela se passe comme ça. Il sait ce qu'il veut ! En cinq jours, il a imposé ses règles sur et en dehors du terrain. Et cela a fonctionné."



© La Dernière Heure 2009