La préparation pour l’importantissime déplacement en Écosse a débuté hier après midi sous le soleil à Neerpede. L’équipe de Marc Wilmots compte cependant plusieurs zones d’ombre avant la rencontre de vendredi à Glasgow. "J’ai pas mal de bobos", grimaçait le coach fédéral.

La blesssure la plus préoccupante concerne Zakaria Bakkali. Le jeune talent a ressenti une douleur en entrant au jeu avec le PSV ce week-end. "Je l’ai donc envoyé faire un scanner et on décidera ensuite ce qu’on fera en accord avec son entraîneur en club, Philip Cocu." La participation en Écosse semble, malgré tout, exclue pour Bakkali.

Tout n’est pas négatif pour le Belgo-Marocain. Sa présence au rassemblement des Diables est un bon signe pour son choix de nationalité. "Tant qu’il n’aura pas joué de minutes officielles pour nous, je ne crierai pas victoire mais je considère que son choix est fait vu qu’il est là."

Outre Bakkali, Wilmots doit aussi suivre de près l’évolution de cinq de ses joueurs: Axel Witsel, Nacer Chadli, Eden Hazard, Jan Vertonghen et Jelle Van Damme.

C’est Chadli qui présente le plus de risques de ne pas jouer vendredi. "Il a un souci aux adducteurs. Il est trop pour émettre un pronostic le concernant."

Les cas de Hazard et de Witsel sont moins inquiétants. "Une vieille blessure au tendon d’Achille s’est réveillée chez Eden. Normalement, il ne devrait pas y avoir de problème pour vendredi. Axel, lui, a pris un coup de genou en match et il a un gros hématome sur le quadriceps. Il faut attendre qu’il se résorbe, mais il reste quand même pas mal de temps."

Enfin, Vertonghen et Van Damme souffrent de la cheville et ont été épargnés par précaution. Bref, pas trop de chamboulements en perspective pour le coach fédéral et c’est tant mieux, lui est qui est déjà privé de Kompany et de Vermaelen.

En attendant l’évolution de tous ces cas, Marc Wilmots connaît déjà la composition de sa défense pour la rencontre à Glasgow.

"Je l’ai dit aux joueurs pour éviter qu’ils ne posent la question", précise-t-il. "Mais je ne dévoile pas mes choix à la presse maintenant." (sourire)