Christian Benteke n’a pas vraiment peur du Covid, mais plus des pépins physiques. Retour sur son passage dans le Grand Débrief, ce lundi.

"La vie reprend tout doucement son cours." Sa barbe plus fournie qu’à l’accoutumée ne dissimule pas le sourire de Christian Benteke, affiché ce lundi lors de son passage dans Le Grand Debrief, le podcast de Proximus Sports et de La DH. Oui, Benteke est heureux. "Parce que ce lundi, on a repris les entraînements collectifs normaux" , précise-t-il. "L’ambiance était bonne, on ne faisait que se croiser, là, cela fait du bien de se retrouver tous ensemble."

Preuve que la vie reprend doucement son cours après une parenthèse pas forcément évidente à vivre. Avec un vrai sentiment de manque.

"On a l’habitude de s’entraîner tous les jours, d’avoir cette adrénaline et là, d’un coup, tu n’as plus cette dose dont tu as besoin au quotidien", explique le Liégeois pour qui "cela permet de profiter de ses proches". Et de son frère notamment avec qui il a passé ce confinement et qui l’accompagne à l’entraînement de Crystal Palace qui va reprendre la compétition le week-end du 20 juin.

Quand Troy Deeney ou N’Golo Kanté n’ont pas caché craindre le Covid, l’avant-centre le dit : "non, je n’ai pas peur. Quand je vais à l’entraînement, je me sens en sécurité. Nous sommes contrôlés mardi et vendredi, ils prennent des mesures de sécurité, je n’ai aucune peur et il n’y a pas de cas chez nous. Non, la crainte, ce sont les blessures. On va reprendre après cinq semaines de préparation. Ce sera difficile. Il faudra être vigilants." Pour ne pas vivre un autre confinement. À l’infirmerie, cette fois.


"Eden se sent bien"

Durant cette période, Benteke a pas mal échangé avec Dedryck Boyata ou les frères Hazard lors de parties de console ensemble. "Thorgan, Dedryck, ils sont en forme" , so urit le Liégeois. "Eden se sent bien et le confinement lui a permis de se rétablir. Il sera là à temps pour l’Euro." Comme Roberto Martinez dont Benteke qualifie la prolongation "de logique". "Cela lui tenait à cœur de pouvoir terminer le travail commencé avec cette belle génération." Où, plusieurs éléments, tentés de prendre leur retraite internationale, ont "changé leur plan de carrière" pour étirer cette belle aventure.

Revivez le Grand Débrief dans son intégralité: