Dedryck Boyata ne veut pas revivre sa frustration de 2016.

"Je me sens bien." Après une blessure qui l’a empêché de faire un retour normal à la compétition, Dedryck Boyata est content de faire son retour en sélection pour ce qui s’apparente à un examen final. "Je serais déçu de ne pas jouer car cette sélection est importante. Après le dernier match face au Mexique, Roberto Martinez m’a parlé durant la semaine et après le match. Il m’a ensuite envoyé des vidéos de ce que j’avais bien fait et mal fait. Mais c’était positif dans l’ensemble."

L’Euro 2016 raté sur blessure vous trotte-t-il en tête ?

"Ça donne encore plus envie de bosser. Manquer l’Euro était une frustration. J’en étais très proche. Me blesser a été très difficile à vivre. J’essaie de ne plus y penser. J’ai connu la douleur et je ne veux plus la connaître. Je dois rester au top pour la fin de saison."

Ce serait frustrant d’avoir fait le chemin sans y être au final…

"C’est dur mais c’est la règle du jeu. Si ça ne tenait qu’à moi, je donnerais la décision direct."

Pourquoi devriez-vous y être plutôt qu’un autre ?

"Je suis bon de la tête et au ballon. Je suis bien dans les interceptions et rapide. Je me lance beaucoup de fleurs alors je vais arrêter. (rires) J’ai ce qu’il faut là où il le faut."

Kompany est-il le seul leader de cette équipe ?

"De l’extérieur, on peut penser qu’il n’y a pas de leader mais je peux vous affirmer qu’il y en a. Il est parfois blessé mais il surmonte toujours les moments difficiles. Il fait du bien au groupe et nous sert d’exemple."

Lui comme beaucoup d’autres évolue en Premier League. N’est-ce pas un souci pour vous d’évoluer dans un plus petit championnat comme la Scottish Premier League ?

"Le championnat a beaucoup de similitudes avec la Premier League . Je peux vous dire que je finis fatigué après chaque match. Ce n’est pas comme si je m’installais dans un fauteuil avec une cigarette. Les entraînements avec les Diables sont plus intensifs. C’est logique vu la qualité. Après, c’est le tempo auquel je voudrais jouer chaque week-end."

Vous savez déjà de quoi sera fait la suite ? Il ne vous reste qu’un an de contrat…

"Nous discutions pour le moment avec le Celtic. Nous verrons ce qu’il arrivera ensuite. Je ne suis pas pressé."