Diables Rouges Une partie du public sarde avait hurlé des cris de singe à l'encontre de l'attaquant de l'Inter.

Des insultes racistes, un communiqué lunaire de ses propres supporters minimisant celles-ci, un consultant qui y va également de son commentaire nauséabond: les premiers pas de Romelu Lukaku en Italie se déroulent dans une ambiance particulièrement rance.

Pour ne rien arranger à cette atmosphère puante, la fédération italienne a décidé de ne pas poursuivre Cagliari pour racisme, alors que ses supporters avaient attaqué Big Rom' sur sa couleur de peau. Pour rappel, Blaise Matuidi et Moise Kean avaient également été attaqués par le même public la saison dernière. Tout au plus l'actuel treizième de la Serie A écope-t-il de 6000 euros d'amende... pour jets de bouteille !

Mais malgré une enquête (et des vidéos qui prouvent que le joueur a bel et bien été victime de racisme), le club s'en sort donc malgré les cris de singe lancés au Diable rouge, qui s'apprêtait à tirer un péno face à eux. Selon le rapport d'enquête, "ces bruits ont été entendus par quelques individus, sans que les stewards ne puissent identifier ce qui était dit ou qui le disait." "Il y avait trop de hurlements et de sifflets pour déterminer si des propos discriminatoires ont été proférés", explique également le rapport. Raison pour laquelle Cagliari passe (encore) entre les mailles du filet.

Ce soir-là, Lukaku inscrivait un penalty qui allait offrir la victoire aux Nerazzurri (1-2). On ne peut pas dire que le bon sens sorte victorieux de tout cela, par contre...