Exclu contre le Barça, l’Ixellois est actuellement dans le dur.

Il faut y voir un symbole. Après avoir traversé l’automne vent dans le dos, Yannick Carrasco peine à avancer. Sa rencontre de ce mardi soir au Camp Nou a des airs de condensé de ses difficultés actuelles.

L’Ixellois aurait pu instiller le doute dans l’esprit des joueurs du Barça s’il était sorti victorieux de son face-à-face avec Cillesen. Lancé sur le côté gauche, Carrasco a repiqué dans l’axe pour se mettre sur son pied droit, mais est tombé dans l’écueil des joueurs en manque de confiance, préférant la puissance au détriment de la finesse pour rater une occasion qu’il aurait sans doute transformé en début de saison.

"C’est une opportunité à un moment déterminant, mais le gardien a été bon sur le coup", a soufflé Diego Simeone davantage remonté sur le corps arbitral après l’exclusion de son joueur pour une semelle sur Arda Turdan et un tacle sur le Turc nettement plus maladroit que méchant après avoir perdu l’équilibre alors que le Barça menait mais était à 10.

"Son premier avertissement, c’est sur une faute similaire à celle de Rakitic sur Gaitan qui a dû être soigné. Mais Rakitic n’a pas pris de carton", a déploré El Cholo. "Pour le deuxième jaune, il glisse." Et a donc vu rouge pour la première fois de sa carrière le jour de 193e match en pro, s’enfonçant encore un peu plus dans ses difficultés du moment, lui qui attend son 11e but de la saison depuis le 30 novembre.


Ces dernières semaines, Simeone n’aurait pas vraiment goûté ses revendications de jouer à gauche où Nico Gaitan a pris place selon la Cadena Cope. Et les images du Diable assis sur le banc contre Leganes où il ne donnait pas l’impression d’être concerné, certains médias espagnols spéculant sur une sieste, lui ont valu d’être critiqué. Ce que son exclusion n’a pas arrangé.