"Des joueurs comme Eden, Cristiano Ronaldo (au début de sa carrière), Lionel Messi et Neymar sont victimes de fautes beaucoup plus souvent que les autres. Les arbitres doivent comprendre ce qui se passe lorsqu’une équipe donne des coups de pied de manière intelligente, avec deux ou trois joueurs qui se relaient pour faire une faute sur la cible. C’est une sorte de système de rotation", pointe l'Espagnol.

"Vous n’avez aucun contrôle sur le fait que, lorsque vous avez le ballon, quelqu’un vous envoie un tacle par-derrière. Cela est arrivé à Eden tellement de fois, même avant que je ne commence à jouer avec lui. José Mourinho, à l’époque où il était manager de Chelsea, avait l’habitude de se plaindre du fait qu’Eden recevait si souvent des coups et n’était pas protégé par les arbitres. Malheureusement, nous en voyons les conséquences aujourd’hui. Eden est très fort. Il n’arrête pas de ramasser le ballon, de se faire mettre au sol, de se relever et de recommencer. Les défenseurs doivent donc frapper de plus en plus fort pour le tenir en échec", explique Fabregas. "Si vous regardez son talent, il n’y a aucun doute que lorsqu’il est au mieux de sa forme et physiquement affûté, il est instantanément l’un des meilleurs joueurs du monde. Il n’y a vraiment aucun doute là-dessus, mais il faut se rappeler qu’il s’est déjà cassé la cheville trois fois. Quand il est allé au Real Madrid, je pensais qu’il allait exploser et faire quelque chose de spécial. Mais il n’a pas eu de chance", déplore-t-il.

Cesc Fabregas croit cependant aux chances du feu follet de revenir à son meilleur niveau: "Il mérite un peu plus de chance avec les blessures. Il mérite que les arbitres comprennent mieux ce qui se passe exactement quand il reçoit un coup", conclut-il.