Nacer Chadli voit plutôt le verre à moitié rempli : "On a été meilleurs que le Mexique".

Comme Thomas Vermaelen, Nacer Chadli profite des matches de l’équipe nationale pour prendre un temps de jeu qui lui fait défaut en club. Une bonne chose pour lui, peut-être moins pour les Diables Rouges car le manque de rythme se ressent parfois sur le niveau général de l’équipe.

"Je ne pense pas que les difficultés rencontrées soient dues au manque de temps de jeu de certains joueurs", rétorque Nacer Chadli. "Il ne faut pas oublier qu’on évoluait dans une animation inhabituelle."

Après le match, Roberto Martinez a eu une déclaration surprenante à ce sujet : "Ce n’était pas un système pour essayer de gagner le match, mais pour être exposé !", a déclaré le coach espagnol.

"On savait en effet que le Mexique allait évoluer avec trois joueurs qui restent devant. Face à nos trois défenseurs, cela allait forcément engendrer des un contre un."

Cela a aussi eu un impact sur le jeu de Nacer Chadli.

"C’est le troisième match que je joue à ce poste. Au début c’était un peu compliqué car on ne défend pas de la même manière à gauche et c’est une place qui exige d’être au top sinon tu galères. À la fin du match, sur ma dernière course, j’ai eu des crampes aux deux cuisses en même temps. Mais c’était sur le moment. Je suis en forme. Je commence à prendre mes repères à ce poste et je suis persuadé que je peux apporter beaucoup. Ici, cela a été un peu plus compliqué parce que mon homme restait en attaque, il ne me suivait pas. Ce n’était donc pas évident de monter. En deuxième mi-temps, on a fait des réglages et Thomas (Vermaelen) est venu plus souvent dans mon dos pour prendre mon homme. Cela m’a permis de monter davantage."

Cela a aussi donné plus d’espaces aux Mexicains qui en ont profité pour planter deux buts.

"On est conscient qu’il y a beaucoup de choses à améliorer. Il faut une meilleure entente entre les lignes, que ce soit entre la défense et la ligne médiane ou entre les médians et l’attaque. C’est un système qui demande une grande coordination. Sans cela, tu as des décalages et tu arrives en retard. Mais c’est aussi à cela que servent les matches amicaux. On n’a pas eu l’occasion d’affronter ce genre d’équipes en qualifications. La Grèce et la Bosnie étaient de bons adversaires, mais ici on s’est frotté à une équipe qui à la touche sud-américaine, qui est technique. C’est un bon apprentissage."

Il n’empêche que les Diables Rouges ont concédé trois buts.

"Il faut juste en mettre quatre", sourit le joueur de West Bromwich. "On a eu les occasions pour le faire. On en a eu plus qu’eux, on a mieux joué mais le résultat est là, 3-3. C’est dommage."

Nacer Chadli espère encore avoir du temps de jeu contre le Japon, lui qui joue très peu en club.

"Pour moi, peu importe l’enjeu du match ou l’adversaire, je veux toujours jouer. J’espère bien enchaîner en club. Je suis revenu de blessure, mais j’ai joué deux des quatre derniers matches. Je m’entraîne bien, je me sens bien et j’espère trouver le bon rythme pour lancer ma saison."

S’il atteint son objectif, ce sera une bonne chose pour lui… et pour les Diables.David De Myttenaere