Comme en Écosse, Laurent Ciman a arrosé Marc Wilmots au coup de sifflet final vendredi à Zagreb.

"Il était déjà trempé donc un peu plus ou un peu moins… Il s’y attendait cette fois, mais il n’avait pas préparé de riposte…", sourit Laurent Ciman.

Le défenseur a toujours été repris par Marc Wilmots mais il n’a pas joué une seule minute durant la campagne. Quid maintenant que la qualification est acquise ?

"J’espère jouer contre le Pays de Galles, dit le Standardman. Le coach veut absolument prendre le point qui ne permettrait d’être tête de série à la Coupe du Monde et il ne va pas faire n’importe quoi. Mais bon, si on est dans le groupe, c’est qu’on le mérite…"

Laurent Ciman aimerait le démontrer sur le terrain afin de prouver qu’il mérite aussi d’aller au Brésil. Pour un des partenaires de l’Union belge, qui a imprimé le portrait des Diables Rouges sur des canettes, Laurent Ciman ne fait pas partie des 23 heureux élus.

"Je ne fais pas attention à cela… Ce qui compte, ce sont les choix du coach", rétorque le défenseur de 28 ans. "Ne pas être repris pour l’apothéose alors que j’ai toujours fait partie du groupe, ce serait une énorme déception. Mais je n’y pense pas…"