Les Bleuets misent désormais sur un groupe, plus sur des stars

MOUSCRON La nouvelle génération sera collective ou ne sera pas: tel est peu ou prou le leitmotiv du nouveau sélectionneur de l'équipe de France Espoirs, Érick Mombaerts.

Ce changement de méthode découle d'un constat : les Bleuets sont régulièrement absents des grandes compétitions. Leur dernier fait d'armes remonte à 2002 avec une défaite en finale de l'Euro face à la République tchèque pour la génération Landreau, Govou, Mexès et Cissé. Depuis plus rien, si ce n'est des échecs.

La dernière génération, celle des joueurs nés en 1987, était pourtant l'une des plus prometteuses jamais vues avec Ben Arfa, Benzema, Nasri, Ménez, Gourcuff ou Rémy.

"La promotion d'avant était particulièrement talentueuse devant, même si les Espoirs n'en ont pas toujours profité, ils étaient appelés en A. Mais c'est la richesse du football français" , analyse Mombaerts. "Cette promotion est différente de la précédente, il y a moins de talents offensifs, mais elle est plus homogène. Nous sommes plus centrés sur un projet de jeu collectif. Il y a aussi plus de puissance."

Une puissance incarnée notamment par le Toulousain Étienne Capoue, médian récupérateur, replacé en charnière centrale ou par le capitaine Mahamadou Sakho, plus jeune joueur de l'histoire à avoir porté le brassard au PSG et en L1. Mais la nouveauté, c'est que le technicien a pris le parti de convoquer des joueurs qui jouent. Priorité donc à ceux qui sont titulaires en club même en L2, quitte à laisser au bord de la route ceux qui font banquette dans des championnats plus prestigieux.

David N'Gog, l'un des meilleurs avants des Bleuets , qui se contente de davantage de miettes sous le maillot des Reds de Liverpool a fait son retour en sélection après avoir été mis de côté pour cause de temps de jeu insuffisant. Armand Traoré et Dorian Dervite qui cirent le banc à Arsenal et à Tottenham n'ont pas été convoqués en dépit d'un potentiel indéniable. "Ce problème du temps de jeu perdure. Or je veux des joueurs compétitifs" , souligne Mombaerts dans L'É-quipe . "Entre les joueurs qui avai-ent un crédit, mais qui ne jouent pas en club et des jeunes qui ont du temps de jeu, mon choix est fait."



© La Dernière Heure 2009