Thibaut Courtois relativise les compliments à son égard : “On était tous mauvais”.

Thibaut Courtois fut, jeudi, le meilleur Diable Rouge. “Je ne crois pas qu’il y en ait un qui mérite d’être meilleur joueur”, estime le gardien. “On était tous mauvais.”

Comment expliquer cela ?

“On a joué avec trop peu d’intensité et de concentration. On n’était pas affûtés et cela se paie cash contre une bonne équipe comme l’Espagne. Son pressing nous a étranglés. On était mauvais à la relance, ce qui permettait aux Espagnols de nous dominer tout au long du match.”

Qu’est-ce que Martinez a dit à la mi-temps et à la fin du match ?

“À la mi-temps, il a essayé de faire quelques modifications. On devait redevenir une équipe. Mais c’est dur de tout changer pendant le match. Et après la rencontre, il nous a aussi parlé.”

Eden Hazard était plus défenseur qu’attaquant.

“Oui. peut-être qu’il aurait parfois dû rester devant, mais il voulait assister Jordan Lukaku qui se retrouvait face à deux Espagnols.”

Une consolation pour vous : Diego Costa n’a pas marqué.

“C’est vrai, mais il a très bien joué. Il m’a dit que le match a basculé au moment où il est monté au jeu. Et il a raison. Il s’est fait siffler par le public belge et il est considéré comme un salopard, mais il en faut dans son équipe.”

Le public a également sifflé les Diables.

“Oui, et cela fait mal. D’un côté, je comprends les gens. Nous avons raté notre Euro et notre premier match était très mauvais. Mais d’un autre côté, les gens doivent savoir qu’on a besoin d’eux, surtout contre les adversaires difficiles. Mardi, à Chypre, on doit montrer qu’on joue avec 100 % d’engagement.”

Cela n’empêche que l’Espagne était impressionnante.

“Absolument. C’est un mélange de Barcelone et du Real Madrid. Le Barça joue aussi comme ça : les Catalans vous mettent sous pression très haut. Et si vous ne parvenez pas à faire de bonnes contre-attaques, c’est la galère pendant tout le match.”


Meunier: “On comprend les sifflets du public”


“C’est un plaisir de voir jouer les Espagnols. Si j’avais été dans le public, j’aurais aimé. Il était très difficile de les contenir. Parfois on se retrouvait seul contre deux ou trois hommes. Nous n’étions pas mal organisés mais ce n’était pas facile de suivre tous leurs mouvements. On savait que ce serait compliqué, nous avons donc misé sur un jeu agressif qui devait nous permettre en trois-quatre passes de nous retrouver dans les 16 mètres. Malheureusement nous n’y sommes parvenus que deux ou trois fois.”

Malgré tout le défenseur du PSG ne voulait pas dramatiser.

“On ne peut pas dire qu’on a abandonné pendant ce match. C’est juste que nous n’avons pas l’habitude de courir derrière le ballon. C’était quand même l’Espagne en face. Cela aurait été plus inquiétant si cela avait été Malte ou le Liechtenstein. On comprend les sifflets du public qui n’a pas eu grand chose à se mettre sous la dent.”


Eden Hazard “On les regardait”


“On n’a pas assez pressé les Espagnols. Ils ont eu l’opportunité de développer leur jeu car on les regardait. On voit le chemin qu’il nous reste à parcourir pour devenir une équipe du top. On est déçu, il y a encore du travail. Il n’y a pas grand-chose à analyser de cette rencontre. Même si on va quand même regarder ce qu’on a fait de bien. Mon travail défensif ? J’ai essayé d’aider mais je sais qu’on attend de moi que je sois devant et pas derrière. C’est un match à oublier. Le plus important c’est mardi, à nous de faire le nécessaire pour s’imposer à Chypre. Le plus important c’est de gagner des matches, on doit s’y habituer. Pour le moment il n’y a pas grand-chose qui a changé, on n’a eu que trois entraînements avec le nouveau coach.”

M. J.