Kevin De Bruyne était l’un des meilleurs Belges de la campagne. Mais à Chelsea, sa situation est moins évidente. Hier, il en a parlé. Très prudemment.

Y a-t-il un problème De Bruyne à Chelsea ?
"Non. C’est la presse qui en fait un problème (rires) ."

C’est parce qu’on s’inquiète pour vous, Kevin.
"Ce n’est pas nécessaire. Vous paniquez pour rien. On ne m’a pas encore fait de commentaires au sein du club."

Mourinho n’a pas dit de choses très positives à votre sujet. Notamment au sujet de vos entraînements.
"C’est lui le patron, hein. Mais vous me connaissez. Je travaille toujours à fond."


Vous n’étiez pas dans le noyau en Ligue des Champions parce que vous étiez mauvais contre Swindon.
"C’est vrai que j’étais moins bon lors de ce match-là. Je l’ai avoué après la rencontre. On ne sait pas être au mieux de sa forme à chaque reprise."

Contre Manchester United, personne n’était bon.
"Je ne trouve pas que j’étais très mauvais à cette occasion. C’était un match très difficile."

La concurrence est énorme à Chelsea. Saviez-vous que ce serait ainsi ?
"Je savais qu’il y avait beaucoup de bons joueurs. Puis, en fin de mercato, il y en a encore deux qui sont venus renforcer le noyau."

Après la Serbie, vous hésitiez : fallait-il rester à Chelsea ou pas ?
"C’est Mourinho qui a dit que je devais rester. Je n’avais pas le choix. Donc j’ai fait ce qu’on m’a dit."

Plusieurs clubs ont déjà fait savoir qu’ils désiraient s’attacher vos services en janvier.
"Est-ce le cas ? Je ne suis vraiment pas au courant. Je ne sais pas ce que je ferai en janvier."

Mourinho en a marre des questions à votre sujet.

"Sur Chelsea TV, ils ont expliqué pourquoi il est parti après avoir répondu à cette question : il avait dit que ce serait la dernière question."