Le Diable s’affirme comme le patron de la défense lyonnaise.

Je ne me souviens pas avoir vu Anthony Lopes faire un arrêt."

Cette observation de Rudi Garcia, l’entraîneur de l’Olympique Lyonnais, après la victoire des siens à Metz, doit beaucoup à la performance de Jason Denayer. L’international belge a en effet été la pierre angulaire d’une défense lyonnaise qui a donné satisfaction, vendredi, à l’occasion de la 26e journée de Ligue 1. "On n’a pas concédé d’occasions. On a bien mis en place le nouveau système avec une défense à trois", a également assuré Rudi Garcia.

Capitaine au coup d’envoi sur la pelouse de Saint-Symphorien, Jason Denayer s’est affirmé comme le véritable patron de la défense. Agressif dans le bon sens du terme, excellent de la tête, le défenseur belge a écœuré les Messins en leur barrant souvent la route grâce à sa qualité de placement.

Jason Denayer a même été jusqu’à se montrer décisif en étant blessé. Percuté violemment par John Boye à la 84e minute, le Diable n’a pas laissé à Joachim Andersen, parti s’échauffer, le soin de rentrer. Sept minutes plus tard, Jason Denayer empêchait une frappe de Thierry Ambrose à droite de la surface, qui aurait pu permettre aux Messins d’égaliser.

Cette alerte ne devrait pas avoir de conséquences pour le défenseur lyonnais. "Moussa Dembélé et Jason Denayer ont pris des coups mais ça ira. Le médecin n’a pas été alarmiste", a affirmé Rudi Garcia après le match.

L’OL aura sans doute besoin de son défenseur belge pour résister aux vagues turinoises, mercredi, en huitième de finale aller de la Champions League.