La victoire contre la Suède n'a pas encore dissipé tous les doutes autour des Diables rouges. Petit tour d'horizon des pages sportives de la presse du jour.

Les Diables ont gagné, certes. Ils sont qualifiés, certes. Mais la prestation qu'ils ont livré mercredi soir n'a pas toujours rassuré. 

Dans la DH, Benoît Delhauteur estime que les Belges ont surtout fait preuve de "cynisme" face à la Suède (plus d'infos ici). Mais, pour l'éditorialiste, il y a un mais. "On a l’impression que le train n’est pas encore tout à fait lancé. Contre la Suède, on a encore vu certaines lacunes. Il faudra absolument les corriger pour rester en vie jusqu’au 10 juillet. Même dans un tableau si facile…"

Dans L'Avenir, Jean Derycke ne sombre pas non plus dans l'euphorie suite au second succès des Belges dans cet Euro. "Quand on voit une équipe belge souffrir autant face à la Suède. Quand on la voit trembler sur ses bases défensives et éprouver autant de peine à faire la différence, il n'y a pas de quoi voir Paris, pour le moment se profiler à l'horizon." Et notre confrère de conclure : "Pas de quoi s'enflammer. Même avec un tableau dégagé !"

"La chance du champion ?"

"La chance du champion?", lance Het Laatste Nieuws en Une de son cahier Euro 2016. Le premier quotidien néerlandophone insistant sur le fait que la Belgique avait été très en réussite contre la Suède : un but de Zlatan injustement annulé, un sauvetage de De Bruyne et un but libérateur sur un tir dévié de Radja.

Pour Het Nieuwsblad, les Diables ont accompli leur mission. "Mais il va falloir faire mieux", écrit le quotidien. Le chef de la rubrique football Ludo Vandewalle prévient : la suite ne sera pas une promenade de santé. "La Hongrie, le pays de Galles et la Croatie, ce n'est pas la même chose que la France, l'Espagne ou l'Allemagne. C'est sûr. Mais ces Diables ne sont pas encore dans le top européen."  Trop de joueurs  semblent courir derrière leur meilleure forme, ajoute Ludo Vandewalle. "Si les Diables veulent atteindre la finale, ils vont devoir encore grandir dans le tournoi."

Dans les pages de Sudpresse, Frédéric Larsimont se projette aussi dans ce qui attend les Diables dans la suite du tournoi. Dans la partie de tableau la moins relevée, il estime que la tâche ne sera pas simple pour la Belgique. Pourquoi ? Parce que les Belges devront se coltiner un statut de favori dont ils se seraient bien passés dans la phase à élimination directe, écrit notre confrère. "Nul n'ignore désormais que le saut d'obstacle n'est pas le sport favori des Diables, lesquels apprécient davantage l'ivresse des grands espaces. Ils en seront privés." Mais Frédéric Larsimont préfère conclure sur une note d'optimisme en misant sur le fait que les Diables finiront par les retrouver ces grands espaces. Sous-entendu : en finale.

"Une victoire en trompe-l'oeil"

Chez nos voisins français, So Foot n'est toujours pas convaincu par les Diables. Pour le magazine français, la Belgique a déçu à l’heure du premier bilan. Plus encore que les autres favoris de cet Euro 2016 comme la France, l'Angleterre ou l'Allemagne. Nos confrères parlent d'une victoire "en trompe-l'oeil" et d'un collectif qui n'a pas produit grand-chose. "Imprécis dans leurs initiatives et leurs transmissions, les hommes de Wilmots ont confirmé que jusque à présent, ils sont plus un assortiment de bons joueurs qu’une belle équipe. Pas sûr que cela soit suffisant pour aller loin", écrit le magazine. Lequel, dans son style impertinent, se moque gentiment de notre maillot away "de champions du monde de cyclisme". Le tout en égratignant au passage un Romelu Lukaku "qui ne sait visiblement pas couper un centre. Philippe Gilbert aurait fait mieux pour se jeter sur la ligne".

L'Equipe dégage deux satisfactions dans la prestation des Diables face à la Suède. Premièrement, la Belgique n'a pas encaissé, comme contre l'Irlande. Deuxièmement, Hazard et De Bruyne ont combiné. Mais, pour le quotidien sportif, le succès sur un score arsenal ne suffira pas à dissiper les doutes. "On attend un peu plus de spontanéité et de fluidité dans le jeu belge. Tous les joueurs ne donnent pas encore l'impression d'évoluer au même niveau ni de s'investir de la même manière. Il reste trois jours pour évaluer la fraîcheur athlétique des cadres et espérer que le plat pays, eu égard aux talents qui composent son équipe, saisisse enfin la chance qui lui est offerte d'aller très loin dans ce tournoi."

Enfin, sur RMC Sport, les Diables n'ont pas fait l'objet de grands débats. Une petite phrase du journaliste Daniel Riolo fera toutefois plaisir aux supporters des Diables. "Les Belges, je les trouve à chaque sortie un peu meilleurs. Ils ont tableau favorable. Les Belges dans les dernier carré ? Ça devient faisable et c'est là qu'on les attendait."