Et si Marc Wilmots avait trouvé en Tim Sherwood et en Tayfun Korkut deux précieux alliés ?

Nommés, respectivement, à la tête de Tottenham le 16 décembre et de Hanovre le 31, les deux techniciens pourrait servir la cause de deux Diables, Nacer Chadli et Sébastien Pocognoli, dont les relations avec leurs entraîneurs précédents n’étaient pas marquées du sceau de la facilité. Explications.

Sherwood croit en Chadli

Si André Villas-Boas a pu être soupçonné de ne pas être un inconditionnel de Nacer Chadli, son successeur n’a pas tardé à défendre le Diable mais aussi Erik Lamela, lui aussi critiqué depuis son arrivée.

"Chadli et Lamela n’ont pas trop joué et c’est donc difficile de les juger. Ces deux joueurs sont à mi-chemin de leur période d’adaptation et je ne veux pas faire venir quelqu’un qui pourra entraver cette évolution. Je crois en eux. Je crois qu’ils peuvent faire le boulot et peut-être que nous allons changer de style", a déclaré le technicien dans le Tottenham Journal.

Là où Villas-Boas enfermait Chadli dans le couloir gauche de son 4-2-3-1, Sherwood entend faire de la place au Diable dans un 4-4-2 plus basique, se montrant très clair sur le sujet : "Pour moi, la meilleure position de Chadli est dans l’axe, un peu plus haut. Je pense le faire jouer en soutien de l’avant-centre."

De quoi rassurer le joueur, d’autant que Jermaine Defoe devrait quitter Londres dans les prochaines semaines.

"Nacer a du caractère et il veut s’accrocher", nous a confié hier par téléphone son agent, Daniel Evrard, tordant le cou à la rumeur d’un éventuel départ pour gagner en temps de jeu.

"Un départ est toujours dangereux. Nacer sait ce qu’il a maintenant à Tottenham et on ne peut pas savoir ce qu’il aurait ailleurs. Il a envie d’y rester. Et puis, ces 15 derniers jours, nous n’avons pas abordé le sujet."

Pocognoli conquis par Korkut

La sortie a fait du bruit du côté de Hanovre. "Si un club arrive avec une somme que nous jugeons convenable, alors Pocognoli peut partir", a lancé dans Bild le manager du club, Dirk Dufner. "Il dit qu’il veut rester, mais il veut aussi jouer la Coupe du Monde. Chez nous, il doit savoir qu’il va devoir composer avec la concurrence et il ne devra pas se plaindre."

Ce que le défenseur ne compte pas faire. Bien au contraire. Et à ce titre, le remplacement de Mirko Slomka qui s’était passé du gaucher lors des deux dernières journées de championnat, par Tayfun Korkut a été très bien accueilli par le joueur.

L’ancien adjoint du sélectionneur turc compte mettre en place un plan de jeu plus offensif et Poco s’est dit séduit par ses méthodes, n’hésitant pas à les comparer avec celles de van Gaal. Preuve que pour lui, ce changement de coach ne peut être que bénéfique, d’autant que son principal concurrent, Christian Pander, s’est gravement blessé au genou...