L'avant-centre se plaît à Naples, une ville qu'il ne compte pas quitter de sitôt.

Six saisons, cinq podiums, une Coppa Italia, une Supercoppa, un repositionnement en pointe, 290 matches, 114 buts, 68 passes décisives, et (bientôt ?) un record de buts: tel est le bilan de Dries Mertens au Napoli, un club que le Diable rouge a rejoint en 2013. D'abord utilisé sur l'aile par Rafael Benítez, puis replacé par Maurizio Sarri dans l'axe, c'est en Italie que le Louvaniste a enfin pu exploiter son plein potentiel. Au point de devenir l'un des chouchous du San Paolo, grâce à ses buts et sa générosité sur le pré.

Un chouchou dont le contrat prendra fin l'été prochain et dont il va tout doucement falloir savoir de quoi l'avenir sera fait. Selon Sky Italia, c'est bien vers une prolongation que se dirigent les deux parties. Nos confrères indiquent que "la balle est dans le camp du joueur", après que le président Aurelio De Laurentiis a proposé un nouveau bail de trois saisons, assorti d'un salaire de quatre millions d'euros (sans oublier quelques bonus). Un peu d'argent de poche qui pourrait achever de convaincre le Diable de continuer l'aventure dans une ville qu'il adore.

© AFP

"Je ne demande qu'à rester, mais je ne peux en dire plus pour le moment", avait récemment déclaré Mertens à la RTBF. "Je suis Belge, mais je me sens presque autant Italien. (...) Quand je suis venu à Genk avec mon équipe, il pleuvait et c’était la journée la plus froide. Je passais pour un con quand je leur disais qu’il faisait bon vivre en Belgique ! Si je pars, tout ça va me manquer. Je ne me vois pas rejoindre une autre équipe italienne. Ce serait trop bizarre, je me sens chez moi à Naples", ajoutait-il, avant d'exclure un départ pour la Chine ou le Qatar. Bref, les discussions doivent se poursuivre, mais difficile d'imaginer Mertens quitter le Calcio après une telle déclaration d'amour. 

Cela tomberait bien pour Carlo Ancelotti, qui a forcément besoin d'options en plus que Fernando Llorente et Arkadiusz Milik afin de voir son 4-4-2 fonctionner. Dries en représente une sérieuse, lui qui a déjà marqué à cinq reprises en huit rencontres, portant son retard sur Diego Maradona à un seul pion, et à sept sur Marek Hamsik, toujours recordman de buts marqués sous le maillot azzurro. "Je ne me suis jamais senti aussi frais qu'à 32 ans", s'enthousiasmait d'ailleurs le numéro 14, toujours au micro de la RTBF. "Je marque très facilement des buts et j’ai augmenté mon temps de jeu pour me rapprocher d’un statut de titulaire. Je compte bien jouer encore très longtemps."

Jusqu'en 2023, à Naples, donc ?