Trois ans et demi après la dernière confrontation face à nos voisins français en demi-finale de la Coupe du monde, la Belgique affronte à nouveau les Bleus ce jeudi en demi-finale de la Nations League. Un match très important pour certains supporters belges qui parlent d'une "revanche" après la rencontre en Russie.

Cette demi-finale du Mondial avait exacerbé la tension entre les deux camps et fait naître le "seum" belge que nos voisins français aiment ressortir depuis lors. Mais avant cette confrontation, le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps a tenu à mettre les choses à plat : "Cela va être un combat", estime-t-il, "mais ce n'est pas connoté négativement. Ce sera un combat physique, tactique et technique."

"Il y a un profond respect entre Roberto Martinez et moi. Entre les joueurs aussi parce qu'ils se côtoient fréquemment en clubs", a continué l'ancien capitaine de la France en 98.

Deschamps est ensuite revenu sur la demi-finale du Mondial face à la Belgique et sur les réactions des Diables à l'époque : "Sur 90 minutes, ils pouvaient se qualifier pour la finale donc je peux comprendre leurs réactions à chaud après la rencontre. Il y a toujours eu une rivalité entre nos deux pays car nous sommes frontaliers. C'est la même chose avec l'Italie ou l'Espagne", a continué le tacticien français qui trouve cependant que les chambrages entre supporters des deux camps ont parfois été trop loin. "Il peut y avoir eu des excès car on est dans l'interprétation. Mais cela a certainement pris trop d'importance."

Au niveau sportif, Deschamps se méfie également des Diables: "La Belgique a évolué. Ils possèdent 6 ou 7 joueurs à plus de 100 sélections. Ils sont numéro un au ranking FIFA", explique le sélectionneur des Bleus. "Il y a une organisation spécifique avec un noyau dur expérimenté. C'est une des meilleures équipes européennes et mondiales. La Belgique possède une très belle génération mais qui n'a pas eu le bonheur de connaître le succès à l'Euro ou au Mondial."