Kevin De Bruyne a beau avoir signé un nouveau juteux contrat avec Manchester City il y a quelques mois, il n’est pas pour autant le Diable rouge le mieux rémunéré. La palme revient cette saison - et comme la précédente - à Eden Hazard. Selon le célèbre magazine Forbes, qui publie chaque année ce type de classement, le joueur du Real Madrid fait même partie du top 10 mondial.

Grâce à son contrat paraphé en 2019, le Brainois perçoit un salaire annuel de 22,1 millions d’euros avant impôts, primes comprises (selon les estimations de Forbes). Soit autant que son coéquipier Gareth Bale, qui trône juste devant lui dans le classement, à la 9e place. La différence entre le Belge et le Gallois réside dans les revenus liés au sponsoring. Bale gagne 5 millions d’euros supplémentaires par ce biais pendant qu’Hazard en touche 2,5 millions, grâce notamment à ses contrats publicitaires avec McDonald’s, Nissan ou Nike.

Ces revenus de sponsoring sont déjà faramineux pour le Diable rouge, mais ils sont encore à des années-lumière de ceux que perçoivent Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, les deux leaders du top 10. Le Portugais touchera 106,25 millions d’euros cette saison dont 47 millions rien que pour les publicités. Tous sports confondus, le joueur de Manchester United est le quatrième sportif le mieux payé en partenariats commerciaux derrière Roger Federer (77 millions d’euros), LeBron James (55 millions d’euros) et Tiger Woods (51 millions d’euros). L’année dernière, CR7 était devenu le premier athlète de sport d’équipe au monde à franchir le cap du milliard de dollars de gain en carrière, avant impôts.

Quant à Messi, ancien leader de ce classement présenté par Forbes, il touchera à Paris un salaire moins élevé qu’à Barcelone (64 millions en salaires et en primes) mais toujours supérieur à celui de Ronaldo. Au total, le sextuple Ballon d’or devrait gagner environ 94 millions d’euros. Soit encore davantage que son coéquipier Neymar (80,75 millions).

Derrière ce top 3, le classement est plus serré entre Kylian Mbappe (36,55), Mohamed Salah (34,85) ou Robert Lewandowski (29,75). Ce dernier a par exemple fait croître ses revenus en lançant sa marque de vêtements, en plus de ses parrainages avec Nike, Huawei ou Head&Shoulders.

© D.R.