Son plan de jeu pour affronter la Belgique, les difficultés de jouer face à l’une des meilleures nations du monde, le sélectionneur de l'Islande, Erik Hamrén, juge les chances de son équipe avant d'affronter les Diables Rouges demain lors de la deuxième rencontre du Groupe 2 de la Ligue des Nations.

Quelles sont vos ambitions dans cette compétition après la défaite face à l'Angleterre (0-1, samedi) ? Ce match est-il un test avant de jouer, dans un mois, votre billet pour l'Euro* ?

La Belgique est la première nation au classement FIFA, c'est ce qui se fait de mieux au monde. Tout le monde voit la Belgique gagner demain. C'est un gros challenge pour nous. On a l'occasion de se confronter à l'une des plus grosses équipes. C'est une bonne préparation pour voir si on a vraiment le niveau pour disputer l'Euro l'an prochain. Mais il est clair que le plus important est de se qualifier pour l'Euro dans un mois. Ce match est donc un test même si on a quelques absents importants dans notre équipe.

Quelles sont les faiblesses de la Belgique ?

Encore une fois, cette équipe est numéro une au classement. Nous sommes 39ème. Autant dire qu'il faut creuser très loin pour trouver les faiblesses de la Belgique même si toutes les équipes en ont. Je pense qu'il faut avant tout se concentrer sur nous mêmes, notre jeu. Êtres solides défensivement et répondre physiquement.

Qu'allez-vous faire pour contrecarrer les plans de la Belgique ?

On a la puissance et la qualité pour créer du danger offensivement. Mais n'allons pas nous voiler la face. La meilleur chance pour nous de marquer est de jouer à fond les contre-attaques et les coups de pieds arrêtés. Rester fort défensivement et tenter des coups ensuite en contre.

*L'Islande doit jouer une demi-finale le 8 octobre et une finale ensuite afin d'accéder à la compétition).