La blessure de Vermaelen est presque la seule ombre au tableau après la victoire des Diables cette nuit


CLEVELAND Beaucoup de positif, voici ce qui ressort de la nouvelle sortie victorieuse des Diables rouges la nuit dernière ! Il faut dire qu'après tant d'années de disette, on attendra encore un peu avant de faire la fine bouche sur la manière dont un match est remporté, bien que le jeu des hommes de Wilmots n'était pas aussi dominant qu'en Macédoine ou contre la Slovaquie.

Le bloc équipe cher à Marc Wilmots était toujours aussi solide mais la maitrise était moins flagrante. L'absence de Witsel l'explique en partie, tout comme celle d'Eden Hazard. Les Diables avaient une plus grande mainmise face à la Slovaquie, un match qui s'était, il est vrai, joué à domicile. On note par contre une nette amélioration par rapport au dernier match amical joué à l'extérieur et la défaite en Roumanie.

Cette victoire est méritée mais il ne faudra pas attendre autant de cadeaux de la part des Serbes. Marc Wilmots aura donc bien raison de calmer ses troupes et de rappeler qu'il ne faut pas se sentir pousser des ailes avant d'affronter la Serbie, un adversaire que l'on avait battu non sans réussite au match aller (0-3).


Frustrant pour Mignolet et sa défense

S'il est sans doute mieux d'avoir gagné 2-4 plutôt que 0-4, afin que tout le monde prenne conscience du travail qu'il reste à effectuer, les buts encaissés peuvent être jugés frustrants pour nos Diables, Mignolet en tête. Celui-ci n'a eu aucun arrêt à faire, manquant une belle occasion de se mettre en évidence. Thomas Vermaelen doit également sortir déçu de cette rencontre, lui qui aurait eu tant besoin de 90 minutes de jeu. Sa solidité affichée en début de partie aux côtés de Kompany est toutefois rassurante. Après sa sortie, le "quatre" de derrière a connu plusieurs changements mais n'a pas souvent été pris à défaut dans le jeu pour autant. Si le but encaissé sur corner peut nous inquiéter, surtout au vu de notre présence dans le jeu aérien, le penalty est injustifié.

Au final, la phase de jeu qui doit inquiéter le plus notre sélectionneur est l'action concédée à la 81e minute, lorsque Pocognoli revenait en catastrophe gêner son opposant suite à un centre venu de la droite, où Guillaume Gillet avait été bien négligeant. Malheureusement pour lui, l'Anderlechtois ne s'est guère montré à son avantage cette nuit. Tout l'inverse de Toby Alderweireld qui a brillé au poste de back droit, face à une opposition moins rude que celle qui l'attend contre la Serbie. Car c'est désormais presque certain, l'Ajacide sera titularisé au poste de back droit vendredi prochain. Il a en tout cas montré sa rigueur défensive, s'appliquant à couvrir un Mirallas peu discipliné dans la reconversion défensive, surtout durant la première demi-heure. Il a également balancé deux superbes transversales : la première pour De Bruyne, qui allait amener le but d'ouverture des Diables. La seconde, pour Lukaku, précédait le but injustement annulé de l'attaquant de West Brom. Deux passes millimétrées de 50 mètres qui ont pris en défaut les hommes de Jurgen Klinsmann.

De son côté, Vertonghen a rassuré et Pocognoli a montré de bonnes dispositions. Une belle concurrence pourrait s'instaurer entre ces deux-là au back gauche, bien que le sélectionneur considérait encore Vermaelen comme son deuxième choix à ce poste, il y a quelques mois.


Fellaini plus en vue que Defour dans l'entrejeu

La grande taille et la tignasse aident certainement mais Big Mô était très en vue cette nuit. Impossible de ne pas faire le rapprochement avec le jeu d'Axel Witsel, le n°6 titulaire des Diables. Disponible pour ses partenaires à la construction, pare-choc efficace en reconversion défensive et toujours prêt à faire la faute nécessaire, le médian d'Everton s'est montré plus à l'aise à cette place qu'à celle de n°10, où il avait été aligné à Skopje. Sa taille et sa présence physique devraient lui permettre de s'installer comme principal concurrent du joueur du Zénit à ce poste clé du système Wilmots. Moins en vue et plus attaché à un travail de l'ombre, Steven Defour fut toutefois efficace au poste de n°8. Positionné un cran plus haut, il a couvert les quelques montées de Fellaini et a adressé un superbe assist à Christian Benteke sur le quatrième but, bien que celui-ci était en position de hors-jeu.

Moussa Dembélé, le troisième homme de cet entrejeu, est apparu peu dans son assiette. Pour cause, il est sorti peu avant la mi-temps, malade. Difficile donc de juger Moussa sur ce coup mais on connait son importance dans le système de Wilmots, et il devrait être de nouveau aligné au stade Roi Baudouin, dans huit jours...


KDB, le petit prince

L'homme-clé des Diables cette saison, c'est lui. Encore plus important que Kompany en défense et Witsel en n°6, le désormais ex-joueur du Werder est indispensable et l'a encore prouvé cette nuit. Peut-être un rien moins utile sur l'aile que dans le trident de l'entrejeu, Kevin a touché moins de ballons qu'à Bruges (contre la Slovaquie) mais fut tout autant efficace qu'à Skopje, où il était également aligné en position d'ailier. Toujours aussi monstrueux au niveau de son volume de jeu, De Bruyne a défendu, récupéré, dribblé, joué intelligemment et, surtout, donné deux nouveaux assists. Un "facile" mais plein de lucidité sur le 1-2, avant de délivrer sa spéciale : un centre au second poteau pour Fellaini, qui n'est pas sans rappeler ceux pour Benteke contre la Serbie et l'Ecosse.

A l'autre bout du terrain, Kevin Mirallas a également réussi son match. Attention toutefois à la reconversion défensive laxiste, comme évoqué plus haut. Celle-ci a indirectement coûté le but égalisateur aux Diables puisque pendant qu'il se replaçait en marchant, Alderweireld devait concéder le corner victorieux face à deux joueurs. Pour le reste, le Toffee s'est offert quelques chevauchées, dont une superbe en deuxième mi-temps le long de la ligne de but, et surtout une belle réalisation, pleine de sang froid. L'absence d'Eden Hazard ? On l'avait presque oubliée pendant le match. C'est plutôt bon signe...


Lukaku peut jouer avec et comme Benteke

A l'instar de Mignolet, Romelu a également connu un match frustrant : pas vraiment décisif malgré qu'il est impliqué dans le but de Mirallas, il a vu sa plus belle action se ponctuer par un but injustement annulé. Moins spectaculaire, Christian Benteke a fait preuve d'une froide efficacité qui devrait lui permettre de garder sa place de titulaire contre les Serbes. Quoique...

L'ex-Anderlechtois a montré beaucoup de bonnes choses : son jeu en profondeur est toujours aussi bon, tandis que son jeu court et en déviation s'est très nettement amélioré ces derniers mois. Utile en décrochage et en une ou deux touches de balle, il a prouvé qu'il pouvait jouer dans le même rôle que Benteke, dos au but. Il a su prendre sa chance avec son but annulé et une frappe puissante du droit repoussée par Guzan. Mais la défense centrale serbe sera autrement plus solide que celle des Américains, et Benteke est déjà parvenu à apprivoiser cette défense une fois, pourquoi pas deux...

Si l'on a vu que le duo Benteke-Lukaku pouvait cohabiter, avec deux buts à la clé, on imagine mal Wilmots passer en 4-4-2 dans un match aussi important que la réception de la Serbie où conserver l'avantage dans l'entrejeu sera essentiel. C'est donc à ce poste d'avant-centre qu'il y aura le plus de suspense pour le 7 juin prochain. Le reste de l'équipe sera principalement conditionné par les forfaits, ou non, de Vermaelen et Hazard. Une chose est certaine, il faudra être plus sérieux que la nuit dernière et, surtout, que lors du match aller, tout en gardant la même efficacité offensive. De Bruyne pourrait bien détenir une nouvelle fois les clés...


© La Dernière Heure 2013