L'UEFA a confirmé ce lundi que le quart de finale de l'Euro, qui se jouera entre la Suisse et l'Espagne vendredi, se déroulerait bien à Saint-Pétersbourg, malgré le fait que la Russie est en proie à une recrudescence des contaminations au coronavirus, surtout au variant Delta. La ville hôte de l'Euro est d'ailleurs la deuxième localité russe la plus touchée par cette nouvelle vague de Covid. La décision des autorités locales et de l'instance européenne du football fait donc polémique, d'autant plus que la Finlande a enregistré 300 contaminations au variant Delta parmi les supporters s'étant déplacés la semaine passée à Saint-Pétersbourg pour le match contre nos Diables rouges.

Chez nous, aucunes données concernant des éventuelles contaminations parmi les Belges ayant effectué le déplacement en Russie n'ont été communiquées, et les indicateurs de l'épidémie n'ont encore rien montré d'une potentielle hausse des infections. Karine Moykens a affirmé à la RTBF que les responsables du testing ne disposaient pas de chiffres concernant ce groupe précis, si ce n'est le nombre de Passenger Location Form remplis. Mais elle a tout de même précisé que les supporters de retour de zones très touchées par le coronavirus, comme c'est le cas de Saint-Pétersbourg, étaient bien suivis par la tracing une fois rentrés en Belgique: "Les centres de contact les rappellent à plusieurs reprises pour s’assurer qu’ils respectent les règles".

Quoi qu'il en soit, pour le microbiologiste Emmanuel André, "c'est irresponsable" de la part de l'UEFA de maintenir la rencontre Suisse-Espagne en Russie, "alors que l’épidémie y est en progression exponentielle". Un point de vue plus ou moins partagé par l'épidémiologiste de l’ULB, Simon Dellicour. Au vu de la situation épidémiologique favorable dans notre pays, il juge, auprès de la RTBF, que "ce n'est pas stratégique de réimporter maintenant des chaînes de contaminations supplémentaires de ce variant Delta". Le mieux, pour Simon Dellicour serait simplement que les Belges ne se rendent plus en Russie pour l'Euro, ou que "les autorités s’assurent que le supporter de retour de Saint-Pétersbourg ne ramène pas le contagieux variant dans ses bagages".