Le Belgique-Russie de samedi était le 18e match d’entrée en grand tournoi (Coupe du monde + Euro) de l’histoire des Diables. Avec une 8e victoire à la clef. C’est aussi la plus large, à égalité avec les 3-0 infligés au Salvador (Mondial 1970) et au Panama (Mondial 2018).

Sans faire injure à ces adversaires de la zone Concacaf, la Russie était, sur papier, plus forte. Elle n’a, en plus, cadré qu’un seul tir face aux Diables alors que les Panaméens avaient visé le cadre de Courtois deux fois à la dernière Coupe du monde. Aux points, on pourrait donc donner le titre de meilleure entrée belge en grand tournoi à la rencontre de samedi à Saint-Pétersbourg.

1982 et 1954 restent dans les cœurs

Ce n’était aussi que la deuxième fois que les Diables parvenaient à remporter leur premier match à l’Euro, après le succès 2-0 contre la Yougoslavie en 1984 qui avait été enchaîné par deux défaites (contre la France et le… Danemark) et une élimination sans gloire dès le premier tour.

Aux yeux des puristes, le Belgique-Russie de samedi ne détrônera quand même pas nos deux rencontres mythiques en ouverture de grand tournoi : la prestigieuse victoire 1-0 contre l’Argentine avec le but d’Erwin Vandenbergh (Mondial 1982) et le spectaculaire nul 4-4 face aux Anglais (Mondial 1954).