Petit à petit, Eden Hazard se reconstruit. Tout d'abord mentalement où, après son but chanceux contre Séville, il est parvenu à offrir un assist pour Odriozola face à Grenade. Son premier de la saison. Ensuite physiquement où l'on constate que son corps réagit de mieux en mieux aux coups nombreux qu'il subit.


A l'image de cette énorme semelle de Quina quelques minutes après son entrée en jeu ce jeudi soir. Le joueur a tout de même dû avoir une grosse frayeur lorsque le milieu adverse a tendu son pied avec intensité au niveau du tibia du numéro 7. Mais, comme à l'époque, le Branois s'est relevé. En grimaçant mais en ne discutant pas, comme d'habitude.

En Espagne, cette action soulève l'indignation. A l'image de Andújar Oliver, le chroniqueur de la page arbitrage de Radio Marca: "Clairement, cela méritait un rouge direct." Il insiste également fortement sur le fait que les prestations en dents de scie du Diable peuvent être expliquées par le matraquage permanent des défenses adverses. 

© Capture d'écran de la rencontre

Même son de cloche de la part de AS. "Il y a eu trois cartons rouges non distribués dans ce match. Ces situations vous font remettre en question le système du VAR, qu’il serve le but pour lequel il a été crée. La chose la plus importante dans le monde du football est l’intégrité physique des joueurs, qui sont ceux qui fournissent le spectacle et soutiennent tout cela. Et si on ne les protège pas, c’est fini" a estimé Iturralde González, le spécialiste arbitrage de nos confrères espagnols.

De son côté, Zinedine Zidane n'a pas voulu polémiquer. Même s'il n'en pense pas moins: "Je ne suis pas arbitre, on ne va pas changer ça". Pour les Diables, la bonne nouvelle est que le corps d'Eden Hazard tient le choc. Si sa prestation d'hier ne soulève pas un excès d'optimisme, cette passe décisive peut lui permettre de retrouver ses sensations. Et d'enchaîner un cinquième match en Liga contre Bilbao ce dimanche. Chose qui ne lui est arrivée qu'une seule fois depuis son arrivée au Real Madrid en 2019.