Nos deux leaders offensifs se sont transmis 22 ballons face à la Hongrie, plus que n’importe quels autres joueurs.

Le débat a longtemps fait rage. Eden Hazard et Kevin De Bruyne sont-ils faits pour s’entendre sur le terrain ? Si l’un des deux joue dans l’axe, ne vient-il pas marcher sur les plates-bandes du second, qui n’est jamais bien loin ?

Aujourd’hui, ce débat semble faire partie du passé. Contre la Hongrie, Hazard a donné 12 ballons à De Bruyne, qui lui en a rendu 10. Les deux hommes se sont donc trouvés à 22 reprises en 81 minutes. Aucun autre tandem n’a fait preuve d’une relation si privilégiée.

Face à la Suède, ils totalisaient 17 échanges, pour 15 face à l’Irlande et seulement 10 contre l’Italie, le tout sur des matches complets (à l’exception de la sortie de Hazard contre la Suède à 30 secondes de la fin). Vous l’aurez compris : l’entente va crescendo entre nos numéros 7 et 10.

La montée en puissance des Diables coïncide donc avec cette cohabitation toujours meilleure entre nos deux pépites. Dimanche, à l’exception de quelques changements de position furtifs, Hazard a joué à gauche et De Bruyne en meneur de jeu avancé. Très avancé, même, puisque son positionnement moyen au terme de la rencontre se trouve juste à côté de Romelu Lukaku.

Le Citizen semble se résoudre de plus en plus à laisser la construction du jeu à Nainggolan, voire Hazard qui va chercher des ballons plus bas, pour se concentrer sur les dernières passes. Du moins, c’est l’impression que donne ce 4-2-3-1 au cours des derniers matches et chacun semble y trouver son compte, bien qu’il sera peut-être nécessaire de resserrer les lignes contre des adversaires plus coriaces.

Et si Eden Hazard et Kevin De Bruyne n’étaient plus nos deux meilleures individualités mais bien le début de notre mise en marche collective ? Une chose est certaine : leur envie d’œuvrer ensemble sur nos attaques posées est bien là, tandis que le sentiment que les deux hommes se marchent parfois sur les pieds a disparu.