Diables Rouges Le capitaine des Diables s’est confié à un magazine français. Extraits.

Eden Hazard a accordé une longue interview à l’Équipe Magazine samedi. Florilège de ses meilleures réponses.

Son niveau avec les Diables : "Un mauvais match avec l’équipe nationale se voit plus qu’à Chelsea car je n’ai pas l’occasion de me rattraper trois jours plus tard. J’ai eu une période difficile mais ça se passe bien aujourd’hui. J’espère qu’on gagnera un jour un trophée avec les Diables. Notre exemple, ce sont les Pays-Bas qui ont réussi à gagner l’ Euro 88."

Le stress : "Je ne suis pas quelqu’un qui stresse vite. Cette saison, cela ne m’est arrivé qu’une fois quand j’ai dû tirer un penalty contre Simon Mignolet en demi-finale de la Coupe de la Ligue. À l’entraînement chez les Diables, il arrête tous mes tirs. J’étais nerveux et je ne savais pas quoi faire : tirer comme d’habitude, changer in extremis ? Je n’ai finalement rien changé et j’ai marqué."

La presse anglaise : "Je ne pense pas qu’on me verra un jour dans les tabloïds anglais. Je ne me permets pas de faire des folies car j’ai des objectifs élevés, comme le Ballon d’Or ."

L’hymne national : "Je ne chante pas la Brabançonne. Je dois avouer que je ne connais pas les paroles. Je maîtrise même mieux celles de la Marseillaise (rires) . Il y a un petit côté français en moi mais je me sens à 100 % Belge."

Son amour du ballon : "J’aime l’avoir tout le temps. Je l’aime trop. Je dois encore progresser dans le jeu sans ballon. J’ai tout de même arrêté de faire des concours de jonglages. Mon record s’est arrêté à 536. Cela avait duré dix minutes et j’avais mal aux jambes après. Mon petit frère, Ethan, fait la même chose maintenant mais il ne m’a pas encore battu."