En Belgique comme en France, Raymond Domenech a une double image. Celle de l'entraîneur qui a mené les Bleus jusqu'en finale de la Coupe du monde 2006. Ou celui qui a poussé les Tricolores à ne pas sortir du bus de Knysna en 2010. Ce jeudi, la France retrouve la Belgique pour la demi-finale du Final Four de la Nations League. À cette occasion, l'ancien coach, devenu consultant, a préfacé ce choc avec nos confrères de la RTBF.

Raymond Domenech est d'abord revenu sur la forme du capitaine Eden Hazard. "C'est un talent exceptionnel", commence-t-il. "Après, je pense qu'il n'a pas pris la mesure de ce talent exceptionnel. Et ce que cela exigeait comme sacrifices. Que ce soit dans son comportement ou dans son hygiène de vie. On ne se blesse pas par hasard. Benzema a suivi l'exemple Ronaldo pendant sa carrière. Eden ferait bien de suivre le même parcours et s'inspirer de Benzema aujourd'hui. Parce que le plaisir de jouer ne suffit pas. J'aurais aimé être son coach, son psy ou son entraîneur physique pour lui expliquer qu'on ne peut pas passer à côté lorsqu'on a un talent pareil."

Autre grande star de notre équipe nationale: Romelu Lukaku. Comme l'ensemble des observateurs, Raymond Domenech est impressionné par les progrès de l'attaquant de 28 ans. "Dos au but, c'est impossible de lui prendre un ballon. Avant, le ballon partait à cinq mètres. Maintenant, il sait orienter le jeu à la perfection. Il est capable de remiser dans le sens du jeu. C'est devenu très difficile de défendre sur lui. Car si on le colle ou si on lui laisse des espaces, il trouve des solutions. Et puis devant le but, s'il a une occasion, il marque. Tout le monde a fait le même constat."

Au contraire d'Eden Hazard, il estime qu'il est parvenu à exploiter son talent à la perfection. "On ne voulait pas le critiquer. Car tout le monde pouvait voir son potentiel extraordinaire. Comme disait Bernard Lacombe à propos des attaquants, Romelu avait gardé les deux boîtes sur ses chaussures. Et il est aujourd'hui parvenu à les enlever."

Pour l'ancien sélectionneur des Bleus pas de doute, "Romelu est au niveau de Lewandowski, Mbappé ou Benzema. Pour moi, c'est le joueur le plus puissant au monde ! Il fait partie des trois ou quatre meilleurs attaquants sur la planète football."

Il est également revenu sur le cas Thomas Meunier. L'ancien joueur du PSG, aujourd'hui à Dortmund, manque beaucoup... aux médias français. "Moi qui travaille dans la presse française, Meunier est une mine d'or. Tout le monde se l'arrachait. Le problème est qu'il n'a pas compris que cela allait jouer en sa défaveur. Car les médias exploitaient son franc-parler. En France, on en est venu à croire que c'était lui qui faisait sortir les infos du vestiaire car c'était facile de le faire parler. Il n’a pas compris l'autre monde dans lequel il est entré au PSG."

Enfin, Raymond Domenech s'est attardé sur la situation de Thierry Henry. Les deux hommes se connaissent bien pour avoir disputé deux Coupe du monde et un Euro ensemble. "Titi a eu des déboires avec des clubs car selon moi, il n'est bien qu'au très haut niveau. C'est pour cela que son discours doit bien passer avec des joueurs comme Lukaku et De Bruyne. Car ils font partie du très haut niveau et peuvent discuter d'égal à égal. À ce niveau-là, il peut amener les petits détails qui font la différence."

De là à un jour reprendre les Diables rouges en mains? "Il a bien appris lors de ses différentes expériences. Personnellement, je pense qu'il est davantage fait pour entraîner une sélection qu'un club. Je suis persuadé qu'il sera meilleur pour coacher des grands joueurs que des moyens."