Il n’y eut pas qu’une seule fausse note, mercredi soir au stade Roi Baudouin : il y eut… tout un concert, le temps de l’exécution - le terme est particulièrement bien choisi ! - de la Marseillaise.

Dès l’entame de l’hymne français, les supporters massés derrière le but qu’allait défendre, en première période, Thibaut Courtois, noyèrent la musique sous de tonitruantes huées. Celles-ci ne s’estompèrent qu’à la fin de l’hymne, que les joueurs français, leur banc et même leurs sympathisants endurèrent avec stoïcisme, sans manifester la moindre indignation où même une désapprobation qui serait apparue légitime.

Même Didier Deschamps, lorsque le sujet fut abordé à la fin de sa conférence de presse, exprima sa déception avec modération : "Je regrette que notre hymne ait été conspué. J’en ignore totalement la raison. Il me semblait, pourtant, que les relations entre la Belgique et la France étaient toujours apparues au beau fixe. Nous avons vécu à Bruxelles pendant deux jours. Nous avons été accueillis et traités, partout, avec gentillesse et sympathie. Le sport doit générer le respect. Le respect de l’adversaire d’abord. Mais si on l’exige sur la pelouse, on peut légitimement l’attendre dans les tribunes."

Choqué, lui aussi, par une réaction spontanée blâmable d’un public par ailleurs admirable, Marc Wilmots ne laissera pas passer cet affront fait à nos hôtes : "Notre public est fantastique. Mais si l’équipe qu’il soutient doit encore bonifier quelques petits détails, le public doit également mieux se comporter à l’égard de l’adversaire. Nous allons susciter une réunion avec le président des clubs de supporters pour mettre les choses au point : l’adversaire, quel qu’il soit, a droit au respect."

Ce n’était pas la première fois que la Marseillaise était conspuée. Elle l’avait déjà été au stade de France pour France - Algérie en 2001 et pour France - Tunisie en 2008, mais aussi en Israël en 2005 et en Italie en 2007.

Pour le reste, le public a pleinement joué son rôle. Mais qu’est-ce que les Français auraient entendu s’ils n’avaient pas fait la ola avec les Belges !